samedi 3 novembre 2012

La maison dans les bois d'Inga Moore


On me reproche parfois que mes emballements pour des albums "jeunesse" se portent vers des ouvrages ou trop conceptuels ou un peu étranges et moins souvent vers des contrées plus classiques. "La maison dans les bois" de l'anglaise Inga Moore ravira tous les amateurs de belles histoires.
Nous sommes en automne, dans une forêt qui revêt ses plus belles couleurs avant son chant de cygne hivernal. Les animaux se préparent des abris pour affronter la froidure prochaine. Crise du logement oblige, les bons endroits sont rares et deux cochons, une ourse et un cerf se retrouvent bien vite à la rue à la forêt. Ils décident de s'unir pour construire une belle et grande maison pour eux tous. Aidés par les pros du bâtiments que sont les castors et moyennant un paiement en beurre de cacahuète, ce logis collectif se dressera, magnifique, dans une clairière protégée.
Pas de pirouette finale ici, mais du bon sentiment, de la solidarité, du respect, du bon sens. C'est gentil mais pas mièvre car l'auteur a su intégrer à son récit plein de petits anachronismes assez rigolos comme le téléphone façon début du siècle, les camions des castors ou la judicieuse utilisation de la décharge publique (sans doute des humains) pour décorer cette maison.
L'autre point fort de cet album sont les illustrations, symphonie brumeuse de couleurs et de tons à la gloire de la forêt d'automne. Elle accompagnent magnifiquement un texte simple et chaleureux, donnant à cette histoire un sentiment de douceur particulièrement bienvenu. Tout cela peut sembler un rien gnangnan, mais la cohérence du projet fait fondre même le plus dur des lecteurs.
Un album que l'on peut lire à partir de 3/4 ans et feuilleter pendant dix ans pour le régal des yeux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson