lundi 14 janvier 2013

Le beau voyage de Zidrou et Benoit Springer


Je l'avoue, je ne connaissais pas l'autre facette du talent de Mr Zidrou, celle plus sérieuse et plus profonde du scénariste de l'élève Ducobu, celle qui s'adresse surtout aux adultes. C'est chose faite après la lecture de cet excellent album...
Léa, jeune fille branchée, animatrice d'une sorte de hit-parade techno sur une chaîne de télévision pour jeunes, apprend la mort de son père alors qu'elle est en plein rapport sexuel. Elle se rend dans la maison familiale où l'attend sa tante qui gère le quotidien du lieu depuis le départ de sa mère avec un vendeur d'aspirateur. Son téléphone portable lui ayant été volé, Léa se trouve privée du dernier message que son père lui avait envoyé juste avant son décès. Son travail de deuil va lui permettre de se replonger dans son histoire familiale et de découvrir que sa personnalité résulte d'un horrible secret qui a pesé sur toute son éducation.
A partir de ce sujet pesant et pas terriblement hilarant, Zidrou déploie une histoire complexe et passionnante, faite de révélations et de détails apparemment anodins sur la vie de son héroïne, donnant à cet album une profondeur et une émotion inattendues. Le lecteur est tenu en haleine jusqu'au bout, découvrant petit à petit le noeud tragique de cette famille et le final, émouvant au possible, m'a vraiment bouleversé. Car en plus d'une histoire vraiment bien développée, j'ai admiré son traitement moderne tant sur le fond que sur la forme. Léa est une héroïne d'aujourd'hui, au caractère bien trempé, aux amours multiples et décomplexés. Grâce à elle, on nous parle avec finesse, mais sans faux semblant, de masturbation, de dépression, de bisexualité, d'avortement, d'éducation, de mort, de suicide, bref de la vie, tout cela dans une mise en image particulièrement pertinente.
Les cadrages accompagnent parfaitement les émotions de la jeune Léa. Le dessin semi réaliste est totalement adapté au propos. Pour moi, c'est mon premier coup de coeur BD de l'année 2013. "Le  beau voyage" doit son titre à une chanson de Bobby Lapointe qui apporte tout au long de cette histoire un peu de légèreté tout en surlignant  la grande sensibilité de cet album formidablement réussi. 

1 commentaire:

  1. C'est aussi mon premier coup de coeur BD, mais j'attends un peu pour publier mon billet car je l'ai lu aujourd'hui et j'en suis encore toute émue.

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson