samedi 19 janvier 2013

Les riches heures de Claire Gallen


Une fois n'est pas coutume, je vais commencer par résumer un peu la trame de ce livre , car j'avoue être en panne d'inspiration pour en parler (surement le froid actuel qui ralentit un cerveau déjà bien lent....).
Nous sommes dans un petit appartement qui n'a pas connu depuis des années des travaux de rafraîchissement. Il est habité par un couple de trentenaires, Anna et Gaëtan. Ils sont sur le point de partir en vacances au Lavandou pour trois semaines, dans une location tout aussi minable que leur logis de Cergy.
Ils chargent leurs affaires dans une vieille Opel Astra à bout de souffle et en route vers la grande bleue. Ce couple aux apparences très moyennes a connu des jours meilleurs, le bel appartement design dans un quartier chic parisien, l'Audi haut de gamme, le fric facile. Gaëtan vendait des appartements permettant de grosses réductions d'impôts à des notables soucieux de leurs intérêts. Hélas, la vente de studios sur plans, situés dans des zones plus proches du no man's land que du quartier résidentiel, a fait long feu. L'appât du gain l'a amené à l'arnaque puis à la faillite et peut être aux soucis judiciaires. Ces vacances dans cet appartement ridicule est vraiment leur dernier moment de soleil avant le retour à une sombre réalité. Ce qui devait être trois semaines de détente estivale va finalement se transformer en descente aux enfers...
Ce roman est un portrait sans fard de notre époque faite de vanité, de clinquant et de vitrine. Ces deux là s'y sont brûlés les ailes comme beaucoup et ont du mal à revenir à une réalité d'autant plus dure qu'elle les dégoûte. 
Sujet intéressant donc, mais avis en demi-teinte tout de même. Cela se lit facilement. L'histoire est brossée de façon clinique sans aucun jugement. L'écriture épouse ce point de vue avec une banalité stylistique, vraisemblablement voulue, mais qui m'a un peu laissé sur ma faim. Les situations décrites avec fidélité et objectivité sont confondantes de réalisme mais manquent de chair. 
Mais, pour moi, le point noir de cette intrigue est cette adolescente accidentée qui englue toute la dernière partie du livre dans une psychologie de bazar. Là, je n'y ai pas cru une seconde, trop lourdingue et improbable.
Roman sur le délitement d'un couple qui sombre en même temps que sa classe sociale, cette classes moyenne dont les riches heures sont comptées. Ce n'est pas convaincant jusqu'au bout mais cela reste le portrait lucide d'une société en perte de repères. 

2 commentaires:

  1. Je viens de le terminer et j'avoue que cette histoire me laisse perplexe. Ce qui est déjà bien car ce livre laisse un questionnement. Comment interprêter au mieux l'histoire de cette petite fille qui hante Gaëtan
    Je vais tenter de rêdiger ma chronique aujourd'hui

    RépondreSupprimer
  2. Oui, intrigué comme toi par le personnage de la petite fille accidentée mais sur un mode agacé quand même. Symbole de culpabilité sans doute mais pour moi un peu trop appuyé pour que l'on puisse y croire réellement.

    RépondreSupprimer

Sous l'eau de Catherine Steadman

La couverture appâte d'emblée avec ce million de lecteurs conquis .... Déjà ce sont des lecteurs pas des livres vendus... Si chaque livr...