mercredi 23 octobre 2013

Gravity d'Alfonso Cuaron


Matt (George Clooney) et Ryan (?!) (Sandra Bullock) devisent dans l'espace tout en entretenant leur jolie navette spatiale.On ne les aperçoit guère sous leur combi et derrière leur casque mais on devine George plein d'humour et totalement expert en zénitude. Sandra, semble plus nerveuse, sur ses gardes. Ils flottent agréablement lorsque Houston leur annonce qu'une pluie de déchets métalliques fonce sur eux ! Ces abrutis de russes ont détruit un de leur propre satellite! Elle avait raison Sandra d'être à cran, elle pressentait les problèmes ! De la plénitude silencieuse on passe au feu d'artifice ! La navette explose de partout et est réduite en miettes. Heureusement, ce devait leur jour de chance, Sandra et George n'ont même pas une égratignure. Seulement, ils n'ont plus rien pour rejoindre la terre. Et ce n'est pas le petit propulseur sur lequel est assis George qui les ramènera dans leur coquette maison de Beverly Hills. Attachés l'un à l'autre, ils ne leur restent plus qu'a rejoindre la station Soyouz qui volette non loin de là. Oui, vous qui pensiez que dans l'espace on pouvait vivre peinard sans avoir des voisins ....pas du tout ! C'est un lotissement l'espace, avec certes de grandes parcelles, mais avec une habitation pas loin, finalement bien pratique au cas où vous manqueriez de sel. 
Donc les voilà aux abords de la station Russe, mais manque de bol, George est contraint de se sacrifier, carburant et oxygène venant à manquer. Exit George, condamné à mourir et à errer dans l'infini jusqu'à la nuit des temps (à moins qu'il ne percute une navette et provoque un nouveau feu d'artifice mais ça, ce sera Gravity 2). Du coup, c'est pas malin, le stress gagne Sandra. Bon d'accord, on ne voit pas qu'elle est stressée à cause des reflets sur le plexi du casque et c'est tant mieux car Miss Bullock ne l'a pas cette expression... par contre elle halète bien ... 
Ensuite, si je me rappelle bien, elle a du essuyer une pluie de météorites avant d'entrer dans le Soyouz mais, Sandra est vraiment chanceuse aujourd'hui, ils l'ont encore ratée ! Un tour de poignée plus tard et la voilà sauvée, bien à l'abri de la navette Russe. Son premier geste dans la station est bien sûr d'ôter sa combi pour se mettre un peu à l'aise. Fine et musclée, elle flotte langoureusement dans la cabine en shorty et débardeur.  Nous avons le temps d'admirer ses jolies formes et accessoirement de remarquer qu'elle n'avait pas oublié d'emporter ses bandes de cire car elle est parfaitement épilée après trois semaines de mission ! (A moins que dans l'espace, les poils ne repoussent pas, allez savoir !)
Mais Sandra n'est pas une feignasse. Plutôt que de se faire une manucure, elle file aux commandes de l'engin, elle doit coûte que coûte sauver sa peau ! Elle laisse de côté les quelques câbles qui commencent à s'enflammer, blasée depuis les explosions précédentes. Ce ne sont pas quelques flammèches qui vont l'impressionner quand même ! Alors qu'elle regarde d'un oeil torve les milliers de boutons de commande, le Soyouz prend feu. Armée d'un petit extincteur, toujours en shorty, poursuivie par des flammes qui n'ont rien à envier à celles de " La tour infernale", elle arrive à rejoindre la capsule de secours. Clic ! Clac ! Cabane ! Je suis sauvé, nananaire ! Et entière,  et même mon brushing n'a pas bougé !
Maintenant qu'elle est à l'abri, il ne lui reste plus qu'à faire démarrer son nouveau moyen de transport. Comment faire ? Simple ! il suffit de prendre la notice ! Comme Sandra n'est pas analphabète, bien entraînée, multilingue et que mode d'emploi n'a pas été écrit par Ikéa, elle fait vrombir son bidule en deux coups de cuillère à pot et en route pour la station chinoise d'à côté. Ah oui ! J'avais oublié de vous dire que si le secteur était assez dense en habitations, celles-ci sont assez cosmopolites...
Là j'avoue que j'ai un trou. Il y a bien du y avoir quelques explosions, un quelconque bombardement de projectiles variés sur la navette chinoise, mais rassurez-vous, Sandra a été courageuse et toujours aussi chanceuse. Plus habile que moi pour ouvrir les navettes orbitales, Sandra est maintenant aux commandes de l'engin chinois. Mais soudain, le blues la gagne. Elle pense à George et à sa fille morte. Elle craque ! Une larme roule sur sa joue et s'envole. A Houston, ils se mordent les doigts d'avoir embauché une semi-dépressive pour une mission aussi dangereuse. Sandra pense à mourir (bien que la notice Chinoise soit bien plus claire que la Russe !). Et c'est là, que ô surprise, qui toque au hublot ? George !!! Sandra écarquille les yeux a en faire péter le botox !...
Je m'arrête là !  Je ne vais pas tout vous raconter, vous n'avez qu'à foncer au ciné pour connaître la suite des aventures de Sandra et George...ou pas...,  parce que je ne suis pas sûr que cela en vaille le coup. Si l'on peut admirer le remarquable travail sur l'image, si techniquement la représentation de ces astronautes dans l'espace est magnifiquement rendue, le scénario lui a été oublié. Peut être n'ai-je plus mon âme enfantine pour me laisser subjuguer par une histoire peu crédible, mais inhérente au genre du film à grand spectacle. Peut être aussi, ai-je cru naïvement certains critiques qui affirmaient que ce film était le pont parfait entre le cinéma grand public et le cinéma d'auteur... Non, sans vouloir un film trop profond du genre "2001 " ou "Solaris", je ne pense que celui-ci, même si on en prend plein la vue visuellement, ne recèle la moindre parcelle de profondeur, tant les personnages sont esquissés à gros traits et sont noyés dans une technicité à grand spectacle. 

10 commentaires:

  1. Merci et bravo pour ce résumé que vous nous avez fait avec Brio et qui m a bien fait rire
    Et dire qu'un chef d'œuvre était annoncé!!
    AD (amie de pop Corn et oreille de chien)

    RépondreSupprimer
  2. Délicieux ce post!!! Me tarde de voir ça et ...vérifier l'épilation de Sandra alias Ryan :)

    RépondreSupprimer
  3. Je trouve vraiment dommage que vous dévoiliez presque l' intégralité du film... A bon entendeur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas du tout, je m'arrête à peu près à la moitié ! Mais l'intérêt du film ne vient pas de son histoire, totalement convenue et sans suspens, mais de la technicité mise en oeuvre, c'est vrai époustouflante ....

      Supprimer
  4. Un avis en tout point semblable au nôtre et un papier bien amusant ! Mais sérieusement, pourquoi cette actrice ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut lire l'interview dans le supplément télé du nouvel obs de cette semaine de Sandra Bullock, cela répondra à votre question : parce que c'est la meilleure, celle qui a préparé le mieux le rôle .... Une lecture au second degré est hilarante (déjà qu'au premier on pouffe déjà !)...

      Supprimer
  5. Ahahaha ! Je ne l'ai pas encore vu, mais je me suis bien amusée... j'avais un peu peur qu'on nous refasse le même coup qu'avec Avatar, je vois que j'avais raison de me méfier.

    RépondreSupprimer
  6. C'est vrai qu'il n'y a pas grand chose à dévoiler, le scénario tenant sur un post-il : le pitch.
    Personnellement, je ne me suis pas ennuyé, même si la deuxième partie du film est moins bonne que la première. L'utilisation de la 3D, pour une fois, est justifiée. Et la technique est époustouflante, même quand on sait que ça a été réalisé dans une boîte, sur un fond vert. Cuaron a du faire preuve de beaucoup d'inventivité pour donner cette sensation d'apesanteur qui prend le spectateur. Du coup, il a passé moins de temps sur le scénario et les dialogues, qui sont, par contraste, bien pauvres. Dommage.
    Mais un voyage dans l'espace pour le prix d'une place, ça ne se refuse pas !

    Sur un thème proche, j'ai écrit une courte nouvelle : Radioactivité sans gravité. 2027. Une guerre nucléaire se prépare sur Terre. Dans la Station Spatiale Internationale, les six scientifiques ne sont pas pris pour cible, mais ils font leur possible pour sauver leur planète, menacée par l'indicible...
    Infos, trailer et téléchargement gratuit sur http://www.rebelle-lion.fr/radioactivite-sans-gravite-nouvelle-ebook/

    RépondreSupprimer
  7. J'adore ce billet ;-)
    J'ai vu le film hier et j'ai été déçue par le scénario...
    Même les effets spéciaux ne m'ont pas tant emballés que ça...
    Bon notre terre est belle vu de la haut et comme je ne deviendrais pas astronaute ben comme ça je l'aurais vu !
    Bises

    RépondreSupprimer
  8. Votre commentaire est très approximatif, un peu comme le film… pour ma part je résumerais le film en disant qu'il s'agit d'une bande de potes qui a un accident de bagnole avec plein de morts et deux survivants en bonne santé qui cherchent un vélib pour rentrer. A la première station il n'y a qu'un vélo dispo. c'est la minette qui le prend, mais il est en mauvais état et il faut qu'elle trouve une autre station pour le changer. Elle en trouve une avec les instructions en chinois mais elle arrive à valider son code de carte bleue pour rentrer à la maison. Le tout se déroule devant une palissade de chantier qui représente fort joliment la terre vue de l'espace et les acteurs sont globalement vêtus de combinaisons grotesques ou de shortys sexys. Houston ? non mais allô...

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson