mercredi 21 mai 2014

Mon père ce héron de Jul


Deuxième album de "bande dessinée pour enfants" des éditions Rue de Sèvres, "Mon père ce héron" est comme le premier un coup d'édition. Je m'explique. Comme l'effroyable "Les Tchouks" dont je vous ai parlé l'autre jour, on a été débaucher un auteur adulte à succès, ici l'humoriste Jul ( Kérascoët pour "Les tchouks" ). Bonne idée sur le papier, moins convaincu, par contre, par le résultat....
L'histoire se passe autour d'une mare où des grenouilles bavardent. Complètement mythomanes et surtout joueuses, elles fanfaronnent autour de supposées activités de leur géniteur. Toutes rivalisent d'invention pour clouer le bec (heu pour les grenouilles?...) aux copines. L'un est animateur télé et préposé à la météo, un autre toréador ou styliste en grenouillère, jusqu'à ce qu'une, plus futée lâche que son pire est un héron ! Le héron, l'ennemi juré des grenouilles, ne tardera pas à s'emparer de cette menteuse pour son déjeuner. Je ne raconte pas la suite, joyeux mélange d'humour avec un soupçon d'écologie.
Avec mes yeux d'adulte, j'ai bien ri à la lecture de cet album. Cependant, il m'a semblé évident que la cible des enfants autour de 6 ans était ratée. Si je me marre devant un Karl Lagerfeld grenouille (le père styliste de mode ) , en revanche, je suis nettement moins sûr que l'enfant ait la référence (tout comme la définition du terme grenouillère....). Comme l'histoire grouille de ces sortes de clin d'oeil, fonctionnant bien auprès des parents, j'ai testé l'album auprès d'enfants de 5/6 ans, favorisés socialement. (La cible exacte de l'éditeur ). S'ils ont bien perçu que l'album se voulait rigolo, s'ils ont aimé le dessin des grenouilles, très expressives et vraiment hilarantes, les nombreuses références qui font le sel de cet album leur sont parfaitement passées au-dessus de la tête. Normal, je pense. L'univers des enfants d'aujourd'hui a bien d'autres références que celles d'un couturier allemand collet-monté ou d'une grenouille dans un bocal....
On ne s'improvise pas auteur pour la jeunesse. Ce n'est pas parce qu'il y a plein de rainettes craquantes et à l'humour ironique sur toutes les pages, qu'un album est réussi. Mais comme ce sont les parents qui détiennent la carte bleue, ce sont eux les vraies cibles de l'éditeur. A ce jeu là, je ne suis pas sûr que les enfants soient gagnants... Et puis ultime coup de griffe,quelques bulles sortant de la bouche des animaux font elles pour autant une bande dessinée ? Pour moi, c'est juste un album jeunesse... Par contre, il est indéniable que celui-ci m'a fait marrer, c'est déjà ça ....


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson