vendredi 30 mai 2014

Sagan 1954 d'Anne Berest


Depuis sa disparation voici bientôt 10 ans , Françoise Sagan n'a guère quitté les rayons des librairies. En plus de ses oeuvres que son fils réédite, bon nombre de biographies sont venues entretenir le mythe de celle qui a marqué son époque, plus peut être par sa vie romanesque que par ses écrits.
Anne Berest avec "Sagan 1954" apporte une nouvelle contribution au rayon déjà bien fourni des hagiographies. En choisissant un angle un peu différent, celui de la possession au delà du temps de la célèbre auteure sur une jeune femme d'aujourd'hui, le livre échappe aux catégories. Essai ? Autofiction ? Roman ? Biographie ? Un peu tout cela mais aussi une bien jolie évocation.
En replaçant la romancière dans son année 1954, année cruciale, où la jeune Françoise Quoirez va déposer son manuscrit chez trois éditeurs et dont, Julliard, le premier à réagir, va faire d'elle une star de la littérature, Anne Berest circonscrit l'intrigue dans cet entre-deux où se jouent tous les possibles. C'est tout d'abord le portrait d'une époque guindée, où les jeunes filles s'habillaient comme leurs mères mais où les premiers sex-symboles apparaissaient ( Bardot pointait son nez mutin, Marlon Brandon n'avait qu'un tee shirt blanc sous son blouson de cuir ), C'est surtout un vibrant hommage à celle qui, à travers le temps, continue à nourrir l'imaginaire d'une nouvelle génération d'écrivaine, cherchant à travers elle les clés, mais aussi la force, d'écrire pour vivre.
Aux éléments biographiques, Anne Berest s'amuse à inventer,avec beaucoup de respect, des dialogues où des situations que Sagan aurait pu vivre à l'époque mais glisse aussi dans le récit des éléments personnels de sa propre vie. Elle se sépare de son mari, éprouve quelques difficultés à écrire son roman, doute, cherche dans son quotidien des moteurs qui pourraient la faire avancer dans son écriture. Ce n'est peut être pas ce que je préfère dans le livre, car la figure emblématique de Sagan s'impose avec force face à la jeune femme actuelle. Elle a beau lui insuffler forces et signes de connivence, Sagan est tellement romanesque, même à ses débuts, qu'elle affadit tout ce qui l'approche et hélas un peu trop les petites histoires d'Anne Berest, rendant le livre un peu bancal.
Cependant, une belle écriture fluide, presque saganesque, offre une lecture agréable pour tous les amoureux du personnage Sagan et nous replonge avec nostalgie dans cette époque où les premiers bastions de la bien pensance furent allègrement mis à mal par quelques jeunes filles atypiques.

Merci à Babelio et aux éditions Stock de m'avoir permis de découvrir ce livre.
 Roman  lu dans le cadre de "Masse critique " du site Babelio.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson