dimanche 18 mai 2014

Welcome to New York d'Abel Ferrara


J'ai testé le nouveau modèle économique pour le cinéma lancé hier à 21 h  par Mr Maraval. J'ai acheté en VOD (Vidéo à la Demande) le nouveau film d'Abel Ferrara sur l'affaire DSK "Welcome to New York", qui n'a pas droit au circuit traditionnel des salles. J'ai prouvé en l'achetant pour le visionner dans mon salon,que le système était peut être viable, ou, tout du moins, qu'il y avait une clientèle potentielle. 
J'avertis ici Mr Maraval qu'il serait étonnant que je renouvelle l'expérience. Sans parler déjà de la qualité du film proposé, j'avoue que je préfère le grand écran dans le noir d'une salle de cinéma pour découvrir une oeuvre, seul face au film. Chez moi, malgré un téléviseur grand écran, un rien vient vous distraire, du chat qui se love sur vos genoux, au téléphone qui veut vous vendre une cuisine ou au voisin qui n'a plus de beurre pour accompagner ses spaghettis. Et puis découvrir un long métrage en salle avec d'autres personnes qui réagissent autour de vous est une expérience difficilement remplaçable. Donc, Mr Maraval, les prochains films que je verrai ce sera en salle ! Même un navet aura plus de relief !
Pour revenir à nos moutons, " Welcome to New York", malgré un lancement tonitruant à base de scandales et de polémiques, possède un handicap de poids : Gérard Depardieu ! Non, je plaisante, son vrai handicap, c'est son histoire que tout le monde connaît de A à Z. Il faut donc que le film soit sacrément original, développe un point de vue particulièrement pertinent pour qu'il puisse nous passionner. 
Hélas, le film de Mr Ferrara ne possède rien de tout cela. C'est même le contraire ! Il se dégage de ce film un parfum nauséabond de bâclage et de je m'en foutisme qui le rend, pas scandaleux ce serait lui faire trop d'honneurs, mais à ranger dans la catégorie "daube de l'année". 
Le film débute par un prologue intrigant. On assiste à une interview de Depardieu nous donnant son avis sur l'affaire DSK et sur son désintérêt pour les hommes politiques. Panique du spectateur que je suis, maniement énervé de la zappette. Zut, j'ai mis les bonus ! Mais où est donc le film?  Quelques manipulations hystériques plus loin, je m'aperçois que c'est bien le film puisque voilà le générique !
L'histoire débute par de longues scènes avec des putes qui sucent allègrement notre Gégé national (enfin Déveraux alias DSK mais on a du mal à voir quelqu'un d'autre que l'acteur) qui jouit en poussant de drôles de hululements. Et quand la première vague de prostituées quitte l'hôtel, arrivent aussi sec une nouvelle bande pour de nouvelles scènes complaisantes, glauques et vulgaires.  On sent que le réalisateur s'est bien fait plaisir.... Puis enfin, la femme de chambre entre dans la chambre dévastée de  GégéDSKdéveraux, et, dans une scène au ridicule fini, se fait donc violenter par l'érotomane français. Suivent les épisodes archi connus de cette affaire. Le film passe finalement assez vite sur l'enchaînement des faits, s'attardant juste sur une fouille au corps de GégéDSKdéveraux, nous exhibant la nudité callipyge de l'acteur, seul moment assez touchant.
Puis nous nous enfonçons dans un long face à face de l'homme politique et de sa riche épouse. En plus d'être mal joué, les dialogues sont d'une débilité sans nom et déversent, c'est vrai, des propos aux relents antisémites. En plus d'être rasoir, le film sombre inexorablement dans le néant, un néant dans lequel il aurait dû rester. 
"Welcome in New York" est un film moche sur tous les plans : laideur de l'image, du propos, du jeu des acteurs et surtout laideur du projet, de la conception à la distribution, surfant sur une vague voyeuriste et mercantile des plus puantes. A fuir !




7 commentaires:

  1. Qu'attendre d'un film d'Abel Ferrara ? Une daube de plus. Aprés Mel Gibson qui se commet avec lui, voici notre Gégé national qui tombe de plus en plus bas.

    Anfin, rappelons nous de ses rôles dans Cyrano, Christophe Colomb, Danton ,etc..... et oublions vite cette daube.

    RépondreSupprimer
  2. ouai c'est vrai les intello de gauche...mes DSK est bien au même niveau que ce film non ?

    RépondreSupprimer
  3. Hoo mon dieu, le film contient des propos aux relents antisémites ! Alors là c'est pas bien ! Bouh les méchants ! Heureusement il y aura toujours des courageux commentateurs solidaires du pouvoir en place (évidemment) pour dénoncer cette ignominie d'une nauséabonde nausée nauséabonde.

    Bref, les tapineurs des élites au pouvoir ont encore de grands jours devant eux.

    RépondreSupprimer
  4. Et voilà le genre de commentaires que l'on peut recevoir ....

    RépondreSupprimer
  5. LE problème avec la création d'un mot aussi spécifique que "antisémitisme" c'est qu'en l'employant on accrédite le concept qui est derrière. Un peu comme tous ces gens qui parlent de racisme alors que le mot racial relatif aux hommes est un concept nazi. Il n'y a pas de races chez les hommes, donc pas de distinctions ADN, ni culturelle ni ethniques. Parlez d'éthnicité ou d'anti-ethnicité suivi du qualificatif de votre choix, mais laissez l'antisémitisme et le racisme ou il convient de les mettre, aux chiottes.

    RépondreSupprimer
  6. TRES MAUVAIS FILM, INUTILE!!!! PAS DROLE!!! LONG!!!!!!!!!! LOURD!!!!!!!!!!!! A L' IMAGE DES HOMMES DE POUVOIR A QUI IL MANQUE UNE DIMENSION PLUS HUMAINE ET PLUS VRAIE!!!! MAIS C' EST FRANCHEMENT DU LOURD !!!!!! JE NE CONSEIL PAS CE FILM A CEUX QUI VEULENT REGARDER UN FILM DROLE!!! C' EST UN FILM QUI SERT PUREMENT DE PROFIT !!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  7. Personnellement, je suis tout à fait d'accord avec toi Pierre et tu as tout dit dans ton avis sur ce "film" car il faut bien dire que du cinéma là, point du tout ! Pour ma part, tu peux lire ma critique ainsi que d'autres avis sur des films sur mon blog : aviellecine.over-blog.com
    Je suis aussi sur Allocine. Je te souhaite une belle et bonne continuation !

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson