mardi 27 octobre 2015

Seul sur Mars de Ridley Scott


Repartir pour un voyage dans l'espace, moi qui suis peu amateur d'exploits intergalactiques ne me disait pas vraiment grand chose. Mais l'insistance d'une bande d'amis eut raison de mon hésitation. Je me suis donc embarqué devant la dernière production de Ridley Scott, sans grande conviction. Le souvenir hilarant de " Gravity" ouvrait cependant  la possibilité que si les exploits de Matt Damon sur Mars étaient du même acabit, la projection ne serait pas inintéressante.
Perdu ! J'ai été scotché sur mon siège dès le début. Voir Matt Damon s'arracher un bout de métal de son flanc ( bronzé et bodybuildé), puis en extraire une sorte de boulon et pour finir suturer à coup d'agrafeuse sa plaie sanguinolente, ça pose un film. Surtout qu'ensuite, seul et abandonné sur la planète Mars, il va mettre à profit ses savoirs de botaniste mais aussi les nombreuses années d'entraînement de la NASA pour survivre. Plus fort que deux tomes du manuel des castors juniors et Mac Gyver réunis, il va produire eau et pommes  de terre sur la planète rouge et ainsi tenir des dizaines de jours en attendant que l'on vienne le récupérer.
Dans ce genre de production, on sait bien que tout cela finira bien, mais malgré tout j'ai suivi cette aventure comme quand, gamin, j'ai lu " On a marché sur la lune". C'est prenant, dépaysant, bien fichu. J'en ai pris plein les yeux et ne me suis pas ennuyé une seconde. Un vrai bon film de divertissement dont on ressort un peu essoré et avec la sensation d'avoir vécu dans l'espace pendant plus de deux heures.
Bien sûr, malgré les rebondissements et le suspens, j'ai quand même été interpelé par quelques détails. Si je sais bien qu'il faut fermer les yeux sur certaines facilités du scénario comme l'extrême solidité du plastique transparent fourni par la Nasa ainsi que du scotch qui permet ainsi d'obturer, au choix, la porte d'entrée explosée de son habitat sur Mars ou le toit de sa petite capsule propulsée dans l'espace, par contre je n'ai pas compris la présence de Kristen Wiig, l'hilarante héroïne de " Mes meilleures amies ". Sobrement habillée, joliment coiffée, elle hante le film dans la peau d'une pseudo chargée de la communication si j'ai bien compris. Le rôle n'a aucune importance. Essentiellement décorative, la pourtant fort drôle Kristen débite des phrases du genre : " Ah bon ? Vous croyez ? " tout en mordillant ses lèvres, histoire de faire corps avec l'angoisse qui étreint toute l'équipe de la NASA. J'ai eu aussi une pensée pour Jessica Chastain que je venais de quitter franchement vicieuse et méchante dans " Crimson Peak" la semaine dernière et que je retrouve ici, commandant de bord du vaisseau spatial, douce, tendre, pro jusqu'au bout de ses ongles manucurés ( Vous noterez le côté féministe de la chose ....qu'on ne vienne pas me dire qu'Hollywood est un monde de machos ..... Si ? ). Quelle stakhanoviste cette Jessica ! Elle est de tous les films en ce moment, les autres comédiennes font grève ? En cure de désintox ? Pas encore sorties de la clinique  pour pénurie de botox ? Comédienne tout terrain, crédible, elle est même annoncée prochainement dans le rôle de Marilyn Monroe... J'ai également noté le côté ...politique (?) du film, cette main tendue vers la Chine... Envie de conquérir un peu plus le marché chinois ou rapprochement auprès d'une grande nation ? En faisant ainsi ami-ami, on évite les ennuis avec un rival et la lourdeur clichetonnesque des méchants russes du temps de la guerre froide. Ceci dit,  le film est très propre sur lui et tout le long totalement politiquement correct.
Je pinaille, mais il est certain que j'ai passé un très bon moment, retrouvant cet émerveillement enfantin devant un héros sympa et pas si éloigné de nous, vivant des aventures que l'on n'aurait même pas osé rêver. C'est ça aussi la magie du cinéma ...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson