samedi 11 mars 2017

et il foula la terre avec légèreté de Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau


Avec ce beau titre, les auteurs nous amènent en Norvège sur les pas d'Ethan, jeune parisien géologue, chargé par une multinationale pétrolière de sonder des terrains en vue de l'exploitation d'une nappe d'or noir particulièrement importante. Basé dans une petite commune au-delà du cercle polaire, le jeune français va, au contact de la nature encore riche et fascinante ainsi que des autochtones qu'il rencontrera, prendre petit à petit conscience d'une autre réalité, loin des affaires juteuses du monde libéral. Si la Norvège vit très bien grâce à ses gisements, la population locale, un peu façonnée par des siècles de légendes nées avant le christianisme mais aussi par les catastrophes des précédentes exploitations, semblent vouloir se tourner vers un futur plus écologique. Isolé, loin de son amie parisienne surbookée, Ethan, au contact de paysages sublimes et d'une nature encore préservée, va commencer à douter de sa mission mais réfléchir aussi au sens de sa vie. 
Ce récit initiatique, aux allures de carnet de voyage et aux couleurs froides cernées d'un épais trait noir, installe progressivement une ambiance presque boréale. Les couleurs utilisées rappellent effectivement les aurores du même nom. Le récit prend le temps d'envelopper le lecteur dans un état d'interrogation et de bienveillance, le laissant s'attarder sur des pages de paysages de toute beauté. Petit à petit apparaît un discours écologique de plus en plus prégnant, inspiré des ouvrages du philosophe norvégien Sur Arne Naess, fondateur du courant de l'écologie profonde, mais dans une version un peu plus light. J'ai noté un point de vue rarement exprimé, donnant comme premier incitateur à détruire la nature, un verset de la bible ( Genèse 1:28). Du coup cet album met un coup de projecteur sur ce défenseur de notre planète, homme controversé ( notamment par Luc ferry et Claude Allègre, ce qui déjà nous le rend sympathique ) par des positions assez radicales ( entre autre que la technologie ne résoudra pas nos problèmes de climat mais les déplacera). Le titre de cet album s'inspire d'une expression employée pour décrire ce sage scandinave dont les dernières pages de ce roman graphique dressent le portrait. 
" et il foula la terre avec légèreté " allie avec de belles nuances et un réel talent, le récit d'une prise de conscience en terre peu hospitalières à laquelle se mêle une très intéressante interrogation humaniste autour de nos rapports avec les énergies fossiles. Dis comme cela, cela ne fait pas engageant. Mais ouvrez cet album et laissez-vous entraîner par la beauté des illustrations . C'est un joli voyage autant touristique qu'intellectuel qui nous est offert. Une jolie réussite ! 







3 commentaires:

  1. Les dessins de paysages sont superbes

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour et merci pour ce billet, vous donnez envie de le lire (l'album !)

    RépondreSupprimer
  3. On se promène en toute légèreté dans de magnifiques paysages, bercé par de nombreuses rencontres et réflexions....le charme norvégien a encore opéré!

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson