mardi 28 mars 2017

Troisième personne de Valérie Mréjen


La troisième personne du titre, c'est "elle", cette petite fille qui vient de naître au sein d'un couple parisien, sans doute flirtant avec la quarantaine. L'arrivée d'un enfant bouscule les équilibres, les habitudes de la vie à deux, fait observer le monde différemment mais surtout donne aux parents un surcroît de responsabilités. De la sortie de la maternité, avec sa redécouverte du monde comme si l'enfant apportait un nouveau regard à son environnement jusqu'au premier envol un peu éloigné de ses parents, Valérie Mréjen annote toutes ces petites pensées fugaces, ces peurs insistantes, ce chemin zigzaguant mais passionnant vers la parentalité. Loin du livre conseil façon Laurence Pernoud mais très éloigné aussi de toute cette littérature prétendue rigolote de la jeune maman forcément dépassée ou ayant du mal à allier ce trio infernal et romanesque façon chicklit  mère/épouse/maîtresse, "Troisième personne" se propose d'explorer cette portion subtile de la nouvelle vie d'une femme voire d'un couple de jeunes parents, l'installation dans l'humain de la notion de parents.
Composé de petits paragraphes, arrivant de façon désordonnés comme au gré des sensations ou du fil de la pensée, le texte doux et subtil souligne cet état si particulier où la réflexion sur la vie qui vient avec un être supplémentaire, teintée d'une légère touche d'anxiété, assaille tout parent normalement constitué. Les plus anciens se reconnaîtront forcément, les sensations décrites, les questionnements restent les mêmes quelle que soit l'époque où on les vit même si l'on ressent entre les lignes, qu'actuellement être parent, apparaît comme une fonction à très haute responsabilité. Les plus jeunes auront plaisir à retrouver consoeurs et confrères de poussette ou d'interprètes de comptines. Il n'y aura que quelques grincheux, sans doute des célibataires, pour apposer sur ce texte un sensation d'inintérêt.
"Troisième personne", en plus d'être ravissement écrit, se pose comme le challenger intelligent et original dans la course au cadeau de naissance. Il devient dès lors le message silencieux ( subliminal ?) de celui qui l'offre à quelque jeune parturiente ou quelque récent parent aux yeux cernés et au salon encombré de jouets en bois multicolores ( et choisis avec soin), signifiant que la vie, loin de s'arrêter, devient plus riche. Ne vous enfoncez pas dans une béatitude improductive, continuez à vivre, à lire, à réfléchir, à aimer, surtout si l'on doit ajouter une personne supplémentaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Climax de Gaspar Noé