lundi 13 mars 2017

Paris pieds nus de Dominique Abel et Fiona Gordon


Certes "Paris pieds nus " n'est pas un chef d'oeuvre, mais c'est sans doute la comédie la plus originale et la moins formatée du moment. Dans le paysage actuel d'un cinéma comique français pour le moins productif mais peu imaginatif, le nouveau film du duo Dominique Abel et Fiona Gordon apporte un vent de fraîcheur.
Pas la peine de raconter l'histoire, elle n'est pas des plus réussies et n'a pas grande importance. L'intérêt se situe ailleurs. Ailleurs, c'est l'univers singulier et naïf dans lequel évolue le couple, un Paris ensoleillé et pas du tout stressant, un Paris où l'on peut poser sa tente sans problème sur les bords de la Seine, un Paris avec tour Eiffel mais à la dimension d'un village. Et dans cette capitale une bibliothécaire canadienne vierge à la recherche de sa vieille tante va tomber amoureuse d'un clochard lunaire et gentil. De gags en gags, de situations burlesques en scènes tendrement décalées et au milieu d'une palette de couleurs éclatantes, avec une gestuelle de danseurs clownesques, ils vont se rencontrer, se séparer, se retrouver.
Ces Buster Keaton d'aujourd'hui nous font oublier notre monde dédié à la productivité et à la représentation optimisée de soi.  Avec un humour très personnel et lunaire, ils slaloment dans une société déshumanisée sans jamais se laisser attraper ni dévier de leur route pleine d'une douce poésie. Leurs corps filiformes, glissent, se plient, se déplient au rythme de péripéties surprenantes et lunaires. Quand ils se mettent à danser un tango pour le moins original, on se dit qu' Emma Stone et Ryan Gosling ressemblent à deux sacs de patates dans La la land.
"Paris pieds nus" restera aussi comme le dernier film d'Emmanuelle Riva. Les deux réalisateurs lui offrent une ultime apparition des plus cocasses. Imaginez-vous que dans ce film, l'actrice d' "Hiroshima mon amour " nous gratifie d'un numéro de danse ( très réussi et original même si l'on a fait appel à une doublure pour une partie de la séquence) avec Pierre Richard et qu'elle fait l'amour dans une tente Quechua ! Et l'on sera inévitablement ému pour ce qui restera son dernier plan de cinéma,   magnifique,  où assise avec ses complices sur une poutre métallique de la tour Eiffel, elle sourit, Paris à ses pieds.
Pour toutes ces raisons et surtout pour se prouver que la créativité dans le cinéma français existe, il faut courir voir "Paris pieds nus", film de niche sans doute, film poétique, naïf et donc fragile, mais film qui offre de la tendresse et donne espoir dans le genre humain.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Climax de Gaspar Noé