mercredi 29 mars 2017

Telle mère, telle fille de Noémie Saglio

Tout est raté dans cette poussive et éprouvante comédie. De l'affiche, énième resucée de celle de "Pretty woman" au générique de fin et ses deux scènes ringardes intercalées, rien ne fonctionne dans " Telle mère, telle fille".
Honnêtement, et malgré l'horrible " Connasse " précédent long métrage de Noémie Saglio, j'avais vraiment envie de voir Camille Cottin qui depuis "10 %" et " Cigarettes et chocolat chaud"  avait acquis une vraie crédibilité d'actrice au registre plus étendue que prévu, confrontée à Juliette Binoche continuant après " Ma loute" à s'éclater dans la comédie. Bizarrement, dès le générique, on sent le ratage. Le split screen employé pour filmer le scooter rose de Juliette Binoche zigzaguant dans Paris, rappelle un montage de clip pauvret des années 90. Et ce n'est pas la musique peu inspirée de M accompagnant le tout qui apporte le moindre dynamisme malgré des guitares saturées et des graves à faire trembler les fauteuils...
Après, que dire ? Que rien ne fonctionne malgré une idée de départ improbable mais qui aurait pu faire son effet ( et que je ne prends même pas la peine de la résumer, tout est dit sur l'affiche). Que Juliette Binoche a beau agiter une belle chevelure blonde dans tous les sens avec un beau sourire, elle n'arrive pas à camoufler l'indigence du scénario ou l'incroyable débilité de certaines scènes. Que Camille Cottin, entre hystérique et femme fragile n'a aucun dialogue piquant ou drôle à débiter. Qu'il y a tellement peu de rythme que le spectateur guette avec impatience qu'elles perdent enfin les eaux pour qu'arrive la délivrance.
Que sauver du film ? Rien ...ou alors si peu de chose. Peut être le chien, un mignon beagle, ... Pour certain(e)s curieux(ses), les jolies fesses bronzées de Lambert Wilson ... Pour les fans de coiffure, le brushing blond très seyant de Juliette Binoche... Avouez que c'est trop peu pour avoir envie de perdre son temps dans cette pochade ringarde, mal fichue et surtout, très mal jouée.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire