vendredi 27 janvier 2012

Shutterbug follies de Jason Little



Il y a comme un tout petit goût d'enfance dans cet album de 2002 que viennent de publier les éditions Akiléos. Bee, la jeune héroïne de "Shutterbug follies", est une lointaine cousine d'Alice, cette jeune fille blonde qui a fait le bonheur des lectrices (lecteurs) de la bibliothèque verte. Bien sûr, l'époque a changé, maintenant une héroïne se doit de travailler et d'être totalement en phase avec son temps. 
Bee ne vit pas de ses rentes, mais est technicienne dans un labo de développement de photos (oui, c'est démodé maintenant que nous sommes au numérique, mais l'album date quasiment de la fin du siècle dernier). Comme les héroïnes anciennes, elle est curieuse et à l'affut du moindre mystère. Par contre, elle est un peu plus délurée, elle collectionne en cachette les tirages sexys ou gores que les clients lui donnent à développer. Evidemment, des photos particulièrement sanguinolentes d'un soi-disant artiste conceptuel vont l'intriguer et se trouver ainsi embarquée dans une histoire haletante, impliquant sa copine genre bombe sexuelle (donc très loin des copines nunuches d'Alice) et un chauffeur de taxi typiquement new-yorkais.
Avec un graphisme simple, genre ligne claire vitaminée, agrémenté de couleurs pétantes cet album est un véritable thriller, bien fichu et même violent. Ca se lit d'une traite, avec un final plein de suspens. On peut y voir un clin d'oeil au "fenêtre sur cour" d'Hitchcock et à "Blow up" d'Antonioni.
On se demande pourquoi un tel album a mis autant de temps à nous parvenir, les Etats-Unis de nos jours ne sont pas au bout du monde que je sache. On peut donc féliciter les éditions Akiléos de nous dégotter des perles de ce genre en espérant qu'il en existe encore beaucoup.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson