jeudi 19 janvier 2012

L'amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder

C'est la première fois que ça m'arrive. Je viens de voir "L'amour dure trois ans" de Frédéric Beigbeder et je n'ai  pas envie d'en parler. J'ai rien à dire.  J'ai ri de temps en temps car les acteurs débitent quelques aphorismes qui arrachent quelques sourires. J'ai suivi une histoire pas très drôle, pas originale et surtout mal ficelée. Il y avait des acteurs, certains n'étaient pas trop mal (Bourgoin et Proust), d'autres assez drôles (Lemercier et Duperey) et quelques uns franchement mauvais (Starr et Bedos), le tout donnant une impression de pochette surprise. Comme ça se voulait branchouille, il y avait une cohorte de célébrités, d'intellectuels, de journalistes, d'amis de Canal plus qui pointaient leur nez (Finkielkraut, Denisot, Marc Lévy,...) et des paquets de jolies filles plus décoratives qu'intéressantes toutes les trois scènes. Les personnages buvaient, baisaient, rebuvaient, vomissaient... Ca parlait vaguement de cuisine littéraire mais sans cracher vraiment dans la soupe. Tout ce beau monde s'agitait dans de beaux apparts et gérait des problèmes amoureux dont on se contrefout un peu. On avait déjà vu ça mille fois, souvent en mieux, et on se demandait à quel public cela pouvait s'adresser. Pas aux intellos, Beigbeder est trop mondain et trop people pour les vrais lecteurs de Bourdieu (qui n'apparait pas dans le film). Pas au public qui fait triompher les films de Danny Boon car, du coup, c'est trop intello (c'est qui ça Bukowski ? Oui, oui, lui est dans le film !!!). Pas aux amateurs d'action, il n'y en a pas. Pas aux fans de Joey Starr, il chante " Les moulins de mon coeur" en duo avec Michel Legrand ! Reste les lecteurs des belles histoires de tonton Beigbeder et quelques curieux qui, comme moi, pourront constater que Frédéric B. devrait continuer  d'écrire ses chroniques littéraires dans Voici plutôt que de taquiner la caméra.
L'affiche nous signale avec humour( enfin, j'espère) qu'il s'agit du meilleur film de Beigbeder. Elle ne ment pas, c'est vrai, mais c'est aussi le plus mauvais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson