lundi 19 août 2013

Les vacances du blogueur 2. La presse (et Inès de la Fressange dans ELLE)



Le blogueur en vacances, n'est pas uniquement plongé dans la lecture intensive de romans ou autres essais dans le seul but de proposer à ses lecteurs avides de critiques son picotin quotidien. Non, il lit aussi la presse. Ce n'est pas qu'en temps normal il ne la lise pas, mais durant la période estivale, disons qu'il en a une lecture plus pointue, moins rapide. Il prend le temps de s'intéresser à des sujets qu'il survole en temps ordinaire. Il va ainsi se passionner pour l'économie souterraine chez les fabricants de robinets pour tonneau ou pour les ravages du dopage chez les haltérophiles, sujets qu'il aurait survolé d'un oeil morne durant la période hivernale. Il va aussi profiter du relâchement général des vacances, pour se plonger, en cachette, la nuit, protégé par la pénombre d'un mobil-home silencieux, dans la lecture de titres un peu honteux du genre Voici ou Closer mais uniquement parce que ces derniers ont proposé un tee shirt soi-disant de marque à ses lectrices et que, pour habiller à pas cher ses adolescentes de filles, il est prêt à jeter aux orties ses principes culturels et surtout rentabiliser cet achat fashion et crétin.
Mais, je vous rassure, la majeure partie du temps passée à ausculter la presse magazine, a été consacré par votre serviteur, à analyser mot à mot des dossiers sur les menteurs (Télérama), la malbouffe (L'express), les écrivains d'Hollywood (Le nouvel obs) ou une interview de Brett Easton Ellis (Le monde magazine). Cela lui a permis d'alimenter la conversation avec ses voisins de mobil-home au moment de l'apéro et ainsi d'échapper à des conversations autour du petit dernier qui braille en jouant avec le portable de son père, des achats d'alcool pas cher en Espagne ou de la prochaine croupionade (carcasses de canard cuites à la braise) organisée par le club de rugby local . Evidemment, je me demande encore pourquoi je n'ai jamais été réinvité ni pourquoi mes tentatives d'invitations ont toutes été déclinées malgré la promesse d'un rosé de chez le producteur particulièrement goûteux. Peut être que si j'avais évoqué le nouvel amant d'Amel Bent, la dernière rupture de Jennifer ou  raconté, le regard ébloui, que j'avais aperçu la soeur du père de Nabilla nue sur la plage... Mais, on se se refait pas et je n'avais qu'à passer mes vacances à Avignon plutôt que dans un mobil-home à Montalivet !
Par contre, j'ai lu avec assiduité ma revue féminine préférée : ELLE ! Comme chaque été, je me suis repu des recettes de cuisine à faire avec un camping gaz (là, j'exagère un peu, je mixe deux articles), à condition d'avoir emporté avec soi du chou kale, du wakamé ou du dulse, ingrédients indispensables pour composer des menus "alcaline eating", régime chic qui fait fureur chez les stars....Du genre Jennifer Aniston, l'actrice (?) qui tous les étés, bien que n'ayant rien à présenter, rien à dire,(et dont on a rien à faire) hante systématiquement les pages de la revue.
Mais que serait un été avec ELLE, sans Inès de la Fressange ? Le reportage qui lui est consacré ce mois d'août est un régal ! Cette année, et avant que l'on fête ses bientôt 60 ans, on nous la présente jeune ( mais on est habitué, elle a 25 ans depuis 30 ans), cool (toujours, quelle vivacité !) mais surtout très simple et accessible comme toute lectrice du magazine qui n'a pas la possibilité de passer ses vacances dans une propriété de 25 pièces avec piscine dans le Lubéron. Figurez-vous qu'Inès porte des jeans H&M, des chemises achetées 5 euros dans une friperie et joue à la pétanque ! Elle adore les paniers en osier chinés dans les brocantes pour trois fois rien (mais pose avec un panier Hermès parce que ceux que la stagiaire avait ramené pour le shooting était trop poussiéreux). Si vous voulez le vérifier, le magazine nous donne l'endroit exact dans Paris, où la future mamie se prélasse l'été, loin de Saint Tropez : pont Alexandre III, à droite en descendant, sur les chaises de la même couleur que chez Sénéquier (on ne se refait pas). Moi, j'ai vérifié si elle portait bien des jeans de la marque suédoise bon marché et des chemises d'occase. Je ne suis pas allé rive gauche sous le pont Alexandre III (j'ai préféré me balader dans Berlin), j'ai simplement regardé le détail des vêtements portés sur la photo de couverture... Hé ben , elle fait rien qu'à mentir Inès ! Tout vient de chez Journal Standard Luxe, un lieu que je ne connais pas et qui de toute évidence révulserait ma carte bleue. Je suggère au magazine pour l'été prochain de nous intégrer Inès dans leurs pages déco et de nous la présenter radieuse et épanouie dans son F2 de Montreuil... On est mûr pour le croire !
Je vais arrêter là car sinon, maintenant que je suis lancé,  je risque de me moquer aussi de la vie si belle de Leîla Behkhti (qui ?) ou de l'album des extraordinaires vacances d'Alessandra Sublet.
Je vais plutôt retourner dans ma cuisine, j'ai des pâtes à faire cuire pour nourrir ma famille et s'il me reste un peu d'argent après mes folies en mobil-home, je pourrai les agrémenter d'un peu de fromage râpé acheté chez Lidl. ( Non, je n'accepte aucun don ! d'ailleurs, y'a pas de lien Paypal sur mon blog ....)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson