mardi 24 décembre 2013

Montage de Jun Watanabe


En 1968, 300 millions de yens ont disparu en trois minutes lors d'un casse qui a fait sensation au Japon. On n'a jamais retrouvé ni l'argent ni le coupable. A partir de ce fait divers réel, Jun Watanabé invente un thriller policier mettant en scène le fils de l'auteur de ce casse qui apprend par hasard le forfait de son père lors de la découverte du corps ensanglanté et mourant d'un inspecteur de police... Dans un ultime râle, il lui crie : "Ne fais confiance à personne !". Le ton est donné, car devenu adolescent il va retrouver la trace du magot .... que beaucoup de monde aimerait bien récupérer...
Si j'ai commencé la lecture de ce manga, c'est sur le conseil de ma libraire (merci Coralie de chez Bulle!) qui me sait toujours en recherche d'histoires intéressantes et bien menées comme l'efficace "Monster" ou plus près de nous "Death Note" (qui m'a finalement lassé au bout de 6 volumes).
Le premier tome de "Montage" démarre sur les chapeaux de roue et donne très vite le ton de l'histoire : ce sera seul contre tous même ceux qui semblent vos amis. Beaucoup de méchants apparaissent, du vraiment horrible à celui qui a des chances de le devenir. Le héros principal, peu caractérisé à part sa débrouillardise, manque peut être de charisme. C'est cependant bien mené, le dessin classique évite les yeux de biches surdimensionnés et brosse une séquence impressionnante, dans une île désertée des plus angoissantes. J'ai donc enchaîné avec le tome deux qui continue bien sur la lancer du premier et reste un tourne-page évident, puisque le héros, qui a retrouvé les yens, est obligé de fuir,  police et malfrats étant à ses trousses. Le troisième tome est donc prévu dans mon programme de lecture malgré quelques doutes quand même quant à la logique de l'histoire. Je sais bien que rien n'est élucidé (20 tomes sont surement prévus!11 pour le moment au Japon et ce n'est pas fini !) mais j'avoue que certains détails me chiffonnent un peu. Peut être n'ai-je pas bien lu ou compris, mais à force d'accumuler les personnages retors et méchants et les rebondissements, la crédibilité du récit semble en avoir pris un coup. On a l'impression que ce magot était facile à trouver (un jeu d'enfant puisque l'ado le déniche en trois coups de crayon !), que s'en emparer lorsqu'il est transporté dans une glacière (!) encore plus facile. Et pourquoi ce billet caché dans la ceinture du héros ne doit-il pas tomber entre les mains de personne ? On pourra me rétorquer que c'est justement ça le mystère ....mais mon esprit carré s'est mis en mode recherche de ce qui ne va pas  et gâche un peu le plaisir feuilletonesque de ce manga. Peut être que certain(e)s pourront éclairer ma lanterne de lecteur.... Qui a dit qu'à mon âge je devais retourner aux albums de Tintin ou à Gaston Lagaffe ? !!!!
Malgré tout, je vais continuer la lecture de cette série car, sans être vraiment originale, elle a le mérite de susciter un intérêt réel. Encore faudra-t-il qu'elle tienne la longueur, ce qui n'est pas que rarement  le cas, le délayage du scénario et des directions scénaristiques alambiquées cassant souvent le pitch prometteur du départ.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson