jeudi 9 janvier 2014

Yves Saint Laurent de Jalil Lespert


Voici le film le plus classieux de la semaine : le biopic de Saint Laurent ! Sur le papier, il y a tous les éléments (enfin presque) pour faire, peut être pas le premier chef d'oeuvre de l'année, mais tout du moins un excellent moment de cinéma. A l'arrivée, le spectateur est quand même un peu barbouillé comme après une nuit de bringue chez Régine...
La fondation Bergé/Saint Laurent ayant ouvert grandes ses portes à cette production, au niveau visuel et crédibilité, on ne trouvera pas mieux : vraies robes, vrais appartements, vraie maison de Marrakech, même les lunettes sont celles du créateur ! Evidemment cela a un revers, flagrant à l'écran : l'ombre de Pierre Bergé, mécène puissant s'il en est, plane sur le scénario qui du coup se contente d'être uniquement illustratif. Pourtant basé sur l'histoire d'amour de Saint Laurent et de son mentor businessman, le film a seulement l'allure d'un album de jolies photos bien léchées, évitant soigneusement d'écorner un tant soit peu cette image de couple de légende qu'on nous vend depuis plus de cinquante ans maintenant :  Ils se sont aimés, puis séparés en acceptant les frasques et les maladies de l'un, les affaires menées de main de fer de l'autre, tout en restant quelque part amoureux mais surtout associés pour porter au plus haut cet art qu'est la Haute Couture... Si les premières scènes des débuts du jeune prodige venu d'Algérie peuvent faire illusion, petit à petit le film s'enfonce dans un ennui chic et distingué. Tout est survolé et brossé à coup de séquences sans saveur, se contentant d'aligner quelques images célèbres du créateur, devenu décadent et entouré d'une cour joyeusement cocaïnée. On surfe sur la légende et on évite surtout le moindre point de vue ou regard un tout petit peu critique...
Cependant, il y a de bonnes choses dans ce film : les comédiens ! Non pas Laura Smet ou Mlle de Villepin qui ne font que de vagues apparitions totalement insignifiantes mais je veux bien sûr parler de Guillaume Gallienne qui compose un Pierre Bergé très crédible, peut être parce qu'il évite l'imitation et surtout de Pierre Niney, époustouflant de mimétisme, totalement Saint Laurent jusqu'au bout des doigts. Il va être difficile à Gaspard Ulliel (qui joue le même rôle dans un autre biopic) de faire oublier  la performance de l'acteur. On a maintenant la confirmation (mas en fallait-il une? )que le jeune comédien du français est LA star de demain !
Rien que pour eux et pour quelques robes de certains défilés historiques ( le premier de chez Dior, la collection Mondrian et les "ballets russes"), on peut aller voir le film, avec le même intérêt que lorsque l'on feuillette Gala (ou le défunt Jour de France). L'esthétique de papier glacé de l'ensemble ravira partiellement vos yeux et laissera votre cerveau se reposer. Attention toutefois qu'il ne vienne à se réveiller et trouver cette production bien platounette...


3 commentaires:

  1. Entièrement d'accord avec vous, je ne pourrais jamais mieux dire que vous ce que j'ai ressentis, merci pour votre avis. Par contre je n'ai pas aimé le jeu de Guillaume Gallienne (que pourtant j'adore) et son manque d'incarnation. et pour cela je rejoins la critique du Monde : "Dans le film, c'est Guillaume Gallienne qui l'interprète. Ou plutôt essaie, tant on devine ses difficultés à forcer sa personnalité. Ne parvenant pas vraiment à incarner ce Pygmalion dur et autoritaire, Gallienne se réfugie, en bon comédien qu'il est, dans la gestuelle et les tics de comportement. L'apparence de Bergé en quelque sorte."
    Camille

    RépondreSupprimer
  2. Personnellement j'ai trouvé les deux comédiens principaux formidables! J'aimais déjà énormément Pierre Niney, mais là il m'a encore plus bluffée! Et dire qu'il n'a que 24 ans...

    RépondreSupprimer
  3. Rebonjour, oui, Pierre Niney est bien mais le reste n'a pas beaucoup d'intérêt. J'attends le film de B. Bonnello. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson