mardi 12 juillet 2016

Défaite des maîtres et possesseurs de Vincent Message


Se plonger dans " Défaite des maîtres et possesseurs" n'est pas anodin et vous n'en sortirez pas indemne. Les entrées pour parler de ce second ouvrage de Vincent Message sont multiples. Sans vous déflorer trop l'histoire, et ainsi vous réserver quelques surprises, disons que c'est une fable d'anticipation. J'ai bien écrit "anticipation" et pas "science-fiction", le détail a son importance. Bien que le narrateur soit un personnage venu d'une autre galaxie, aucun rayon laser, aucune soucoupe ou autre engin étrange ne viendra colorer le récit. Nous sommes bien sur la planète terre et presque rien dans le premier chapitre ne permet au lecteur de situer l'action dans le temps. Tout au plus, un léger sentiment que la trame ne dit pas tout, que l'hôpital dans lequel est conduite Iris, jeune femme un peu sauvageonne, n'est guère accueillant et que cette histoire de bracelet manquant est bien étrange.
Evidemment, la suite nous mettra assez vite au parfum, mais l'auteur ne dira jamais tout de cette nouvelle organisation de la planète terre dont les maîtres et possesseurs sont d'une origine galactique. Jamais ils ne seront décrits, tout au plus saurons-nous que l'intégration en milieu hostile est chez eux un art, qu'ils n'éprouvent pas vraiment les sentiments des hommes et, petit détail, que c'est l'eau qui les a attirés chez nous. Notre imaginaire fonctionnera à bloc,se glissant entre ces lignes évocatrices, nous laissant y placer nos propres images.
Devant cette toile de fond un peu floue, se joue un drame, âpre et déstabilisant. Malo, le narrateur, essaie de sauver Iris des griffes d'un système qui a mis les humains de côté. Iris est une terrienne, déclassée, au destin proche de l'animal. Le combat qu'il mène est double. Travaillant au Ministère, il espère faire passer une loi donnant plus de liberté aux humains. Ces deux quêtes nous permettront d'en savoir un peu plus sur la jeune femme ainsi que sur les fondements de cette société à l'organisation centralisée, totalitaro-libérale.
La lecture de " Défaites des maîtres et possesseurs" ouvre de nombreuses voies de réflexion, tant les sujets abordés sont denses et font écho à notre époque. Le lecteur sera interpellé  tout aussi bien  sur l'état de notre planète et la disparition de certaines espèces animales que sur un monde régit où les classes sociales sont marquées jusqu'à l'outrance. Il y a quelques morceaux de bravoure et notamment un chapitre 6, qui défie l'imagination et risque de déranger les âmes sensibles. Ce qui apparaîtra pour certains comme outrancier, inconfortable voire gratuit, n'est que le point de bascule du roman qui permettra au lecteur de passer vers le côté plus romanesque du roman, où soudain la vie des héros prendra les allures d'un thriller haletant. Sans jamais se départir d'une écriture ambitieuse et ciselée, Vincent Message livre ici un roman dérangeant, bouleversant, aussi littéraire que passionnant. A coup sûr un grand roman qui ne peut laisser indifférent ( et fort justement récompensé par le prix Orange du livre qui, une fois encore, arrive à sortir des sentiers battus et mettre en avant un livre bizarrement boudé par les médias traditionnels). 

2 commentaires:

  1. Il faut décidément que je lise ce livre !

    RépondreSupprimer
  2. Quel fort MESSAGE Monsieur Vincent... un livre qui remue et qui bouscule.

    RépondreSupprimer

Woman at war de Benedikt Erlingsson