jeudi 16 février 2012

Lush

Avec ce billet, j'inaugure une nouvelle rubrique conso. Loin de moi l'idée d'imiter ces cohortes de jeunes filles qui créent un blog tendance "Mode, beauté, fashion", je n'ai ni l'âge, ni le sexe, mais j'ai vraiment envie de donner mon avis sur quelques tendances qui ont attiré mon oeil ou mon portefeuille.
Si vous n'habitez pas dans une très grande ville, il y a des chances que vous n'ayez pas remarqué ces petites boutiques  très odorantes qui fleurissent dans les artères les plus commerçantes. Souvent de petite taille, elles vous accueillent dans un univers très parfumé, avec des vendeuses vraiment très sympathiques, naviguant au milieu de produits très colorés. Ces boutiques d'origine anglaise ont un nom : LUSH. Elles vont bientôt déferler sur toutes nos villes moyennes.

Extrait d'un reportage d'envoyé spécial sur la marque Lush. (mai 2009)

Vous trouverez à l'intérieur des produits "cosmétiques frais, faits main", très diversifiés, avec un tas de lignes pour tout les gouts. Les produits sont présentés sans emballages, bruts ou avec des boîtes rondes noires que l'on peut échanger contre des masques frais (présentés en boutique dans de la glace comme dans une poissonnerie). Leur communication, pour le moment réduite aux boutiques et à leur journal, surfe sur la vague bio/humour/sexe. Bio, vous l'aurez compris avec l'inclusion dans tous leurs produits de fruits, légumes, plantes fraîchement cueillis et avec le minimum de paraben (mais quand même plein de colorants pour la plupart naturels). Pour l'humour et le sexe, il faut surtout lire le nom des produits et leur journal. Ainsi une crème pour les seins s'appelle "Nénés chéris", un baume à lèvres "l'attrape bouche", un produit pour le bain "Petite gâterie" ou "Sex bomb". Leur catalogue regorge de conseils pour une utilisation optimale, surtout à deux, sous la douche dans le bain ou, aussi, au moment d'un massage à plusieurs avec "Et plus si affinités", barre de massage "à utiliser avec vos amis très proches". Tout un programme...
 Un univers sensuel est donc censé s'ouvrir à vous, avec, en plus, le sentiment de ne pas polluer la planète avec des packagings inutiles. A la lecture du "Lush times", revue en papier recyclé distribuée dans les boutiques, tout n'est que merveille, créativité et bonheur. 
C'est vrai qu'ils sont créatifs et savent recycler les bonnes vieilles idées. Ainsi, le savon, depuis longtemps ringardisé par le gel douche, retrouve ici, une nouvelle image branchée et écolo, puisqu'on peut maintenant se savonner sans laisser le moindre emballage et sentir la banane fraîche ou la barbe à papa (bien plus original que la bonne lavande de Monsavon!).
Entrainé par mes filles, bravant les odeurs entêtantes et sucrées des boutiques, j'ai acheté et testé tout une palette de produits Lush. 
Il y en a certains que je ne rachèterai jamais. Par exemple, le gel douche, mais vraiment en gel solide, parfumé à l'herbe coupée, est une horreur à utiliser, pas pratique du tout. Il glisse tout le temps, s'émiette, se gaspille très vite. J'aimais bien cette odeur verte, même mon entourage trouvait que j'avais un sillage très proche du gazon coupé, pas terriblement excitant...
Je ne recommanderai pas non plus "Scratch", une espèce de galet vert au fenouil et au gingembre fait pour exfolier le corps. Cousin de la toile émeri, il donne l'impression de se frotter le corps avec du sucre en morceau. La peau est peut être plus douce mais toute rouge d'irritation. Là aussi, on pourra repasser pour le glamour.
Autre produit à éviter : l'éthifrice "dans tes dents", version solide et en pastille du dentifrice. Celui est parfumé au wasabi ! Une pastille dans votre bouche, de l'eau, une brosse à dents et hop, une sensation de feu vous envahit et vous avez en plus un arrière gout désagréable qui vous poursuit des heures. Là aussi, on ne se sent pas au sommet de sa séduction...
J'éliminerai aussi les produits phares de la maison Lush, je veux parler des "ballistics" et de leurs cousins pour les utilisateurs de douches les "émotibombs" (qui semblent avoir disparus du catalogue).
Les premiers sont des boules colorées à mettre dans le bain, censées vous procurer des moments intenses de bonheur parfumé (bof) mais qui laisse surtout une baignoire à bien décrasser après. 
Les émotibombs étaient prévues pour des douches parfumées (en solo, à deux, trois, quatre,... heu, je m'égare..). Vous posiez au sol un pavé coloré, qui, sous l'effet de l'eau giclant dessus, libérait des senteurs aphrodisiaques ou relaxantes, forcément parfumées. Quoiqu'il en soit , seul ou à plusieurs, le parfum n'est jamais parvenu à mes narines frémissantes.
Cependant, rassurez-vous, il existe chez Lush des produits que j'ai définitivement adopté. 
Ainsi, la crème à raser "Dirty", m"est devenue indispensable, facilitant le rasage et dont le beurre de karité qu'elle contient laisse la peau lisse et protégée pour la journée. Oui, maintenant le matin, je suis très doux! Et le reste de la journée, je sens toujours bon grâce à leurs déodorants solides qui ressemblent à des savons et qui, en plus d'être ultra efficaces, n'irritent pas la peau. 
Et médaille d'or à leurs shampooings solides, en forme de macaron, qui en plus de rendre les cheveux doux et brillants pour plusieurs jours sont hyper économiques. Cela maintenant 6 mois que j'utilise le même shampooing deux fois par semaine (sur cheveux courts, d'accord, mais que de caresses depuis dans ma chevelure de rêve...) et il est loin d'être terminé. Le tout sans le moindre emballage plastique... une vraie révolution écolo.
Voilà, j'arrive au bout de mon billet que je trouve incroyablement long par rapport à l'habitude. A croire que les produits de beauté m'inspirent plus que les livres ou les films... De là à me recycler dans une niche, peu explorée me semble-t-il, du blog "beauté au masculin", il y a un grand pas que je ne franchirai pas.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson