mercredi 29 février 2012

Une femme avec personne dedans de Chloé Delaume


C'est la première fois que je tente une plongée dans l'oeuvre de Chloé Delaume et le moins que je puisse dire, c'est que je n'en suis pas sorti indemne.
Pour ceux qui ne connaissent pas cette auteure, il va être difficile d'expliquer le genre de texte qu'elle propose.
Tout d'abord, Chloé Delaume est à la fois l'auteur et le personnage central de son livre sans que l'on sache vraiment quelle est la part de fiction et de réalité. Je pencherai quand même pour de l'autobiographie, en espérant pour elle qu'il y ait, quand même, de l'invention dans ce torrent de mots durs et abrupts.
Ensuite, il y a son travail de déconstruction de la langue qui donne à ce roman, loin de tout classicisme, une forme patchwork un peu déroutante pour un lecteur non averti. On trouve de tout dans son texte, de la poésie, un mode d'emploi pour trouver le bon couillidé, des citations, des paragraphes pas vraiment ponctués, un quizz, une fin au choix. Suivant son humeur ou son intérêt pour le modernisme, on y prend plaisir ou non. 
Pour finir, il y a le propos de ce livre qui en fait charrie plusieurs histoires ou éléments d'histoires. Une fan de l'auteur se suicide, laissant une mère désemparée qui essaye de comprendre pourquoi auprès de celle qu'elle accuse d'être l'inspiratrice de cette mort. Il est question aussi d'un triangle amoureux à l'avenir incertain. Chloé Delaume vit avec Igor qui aime aussi une autre femme , La Clef (nommée ainsi dans le livre). La Clef est aussi amoureuse de Chloé. Ici, l'auteur fait une vraie différence entre "aimer" et "être amoureuse". Ces deux récits sont mêlés à des considérations politiques et/ou intimes, l'auteur refusant de procréer et rejetant les codes hétéro-normatifs aux règles aliénantes.
Dire que la lecture de cette "femme avec personne dedans" est facile, serait mentir. Ce maelstrom de mots, d'affirmations, de paragraphes étranges laisse une sensation de souffrance extrême, de mal être et de colère. Comme lecteur, j'ai été balloté de chapitre en chapitre, quelquefois au bord de l'ennui, souvent intrigué, happé par certaines fulgurances, ému par la détresse de cette femme vide à l'intérieur. Un tourbillon de sensations que je ne recommanderai pas à ceux qui s'abreuvent de lectures faciles mais qui peut trouver écho chez tous ceux que la douleur, l'exigence stylistique et les prises de position radicales ne dérangent pas. Un livre particulier qu'il sera intéressant de découvrir, rien que pour l'ambition finalement très couillue de son auteur.

3 commentaires:

  1. C'est un titre que je découvre à travers le "Lire" du mois de mars 2012, et je suis vraiment tentée par cette lecture. En tapant le titre dans la barre de recherche de Livraddict je suis contente de trouver un avis de ce bouquin, qui n'a pas fait de bruit lors de sa sortie. Je vais le rajouter à ma wishlist, et je pense le prendre assez rapidement dans ma PAL.

    Merci pour ton avis, qui me réconforte dans mon envie de lecture!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne lecture et donn emoi ton avis quand tu auras fini, car j'ai l'impression que ce livre ne laisse pas indifférent, surtout les femmes. Il semblerait que ses propos contre la maternité dérangent...

      Supprimer
  2. Un trés intéressant article. Je l'ai découverte par hasard à travers une interview sur France Culture et cela me donne en vie de la connaître.

    RépondreSupprimer