mardi 20 mars 2012

La famille de Bastien Vivès



Après le bon accueil du premier volume des petites chroniques du blog de Bastien Vivès (Le jeu vidéo), les éditions Delcourt, nous proposent ce mois-ci un nouveau recueil consacré cette fois-ci à la famille.
Autant le précédent était centré sur une observation minutieuse des moeurs des accros de la Playstation, ici le milieu familial est plutôt présenté sur un mode dézingage. Adieu humour tendre, bonjour humour très grinçant.
Le premier chapitre(?) débute sur les chapeaux de roue, mettant tout de suite le lecteur dans l'ambiance. Un petit garçon, 8/10 ans, demande à son papa ce qu'est une turlutte. Le papa explique, propose une clope à son fils, l'allume, et compare la technicité de la mère avec celle d'autres meufs. La mère intervient en leur demandant d'aller sur le balcon à cause du bébé que la fumée pourrait incommoder. Le père accepte et part avec son mouflet finir la clope en buvant chacun un demi. La suite est du même acabit : une tata offre à un petit garçon un vrai flingue chargé, un père apprenant que sa fille de quinze ans va dans une boîte remplie de blacks la prévient des méfaits des gros sexes qui vont lui défoncer son sexe et lui provoquer une descente d'organes à vingt-cinq ans... 
Bastien Vivès a une vision très cruelle de la famille. Les parents sont des irresponsables en puissance, hésitants entre une attitude ultra cool jusqu'à l'extrême et rigidité d'un autre temps, traitant leurs enfants comme des adultes ou bien atrophiés du cerveau par une civilisation accès sur le loisir et les profils Facebook. Les enfants sont angoissés et/ou obsédés par le sexe, violents mais de toute façon déboussolés par un monde qui ne sait pas où est leur place exacte.
On ressort de cette lecture, essoré, dérangé, la tête pleine de questions. Pourquoi tant de haine? 

Bastien Vivès veut-il se reproduire ? Notre société va-t-elle si mal ? 
Plein de questions donc qui prouvent ce petit album format manga n'est pas si anodin que ça. Cependant sa lecture très dérangeante risque de choquer ceux pour qui la famille est un havre de paix et de bonheur. Les autres pourront rire (jaune?) devant ces strips à l'humour très aigre. 
Décidément, Bastien Vivès est un auteur surprenant et tonifiant...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson