samedi 24 décembre 2016

Souvenir de Bavo Defurne



Tout est improbable dans " Souvenir ", de l'histoire jusqu'à la distribution, et pourtant, le film arrive à retenir notre attention durant une heure trente.
Prenez le rôle d'Isabelle Huppert, ex participante au concours européen de la chanson qui n'a dû sa défaite qu'à la malchance de concourir contre Abba. Sa carrière a fait long feu et la voici ouvrière dans une usine de pâté. Je l'avoue, voir la comédienne, posant ses deux feuilles de laurier et quelques baies rouges sur une terrine, m'a fait sourire et m'a rappelé que parfois, les réalisateurs ont des idées rigolotes ( comme autrefois Robin Davis nous avait proposé Catherine Deneuve en éleveuse de dindes). On n'y croit pas une seconde mais cela en rajoute dans la légende de la comédienne, tout comme son interprétation totalement ringarde de sa chanson devenue un soit disant tube qui émeut encore de nombreux vieux fans.
Nonobstant ces détails piquants, le propos de l'histoire apparaît lui aussi cousu de fil blanc. L'idylle  qui va naître avec un jeune collègue de travail, apprenti boxer, puis manager drivant un grand retour sur le devant la scène de l'idole déchue fleure bon la romance à quatre sous. C'est  sans doute par cette pseudo ringardise du récit, totalement assumée, que naît l'attention ainsi que par la confrontation d'une mise en images assez glaciale, aux plans sombres et épurés, mélangeant avec malice le kitsch et une certaine modernité.
Face à Isabelle Huppert, et dans le rôle totalement banal et un peu sacrifié du jeune homme, Kevin Azaïs, affublé d'une raie sur le côté et d'un moustache d'un autre âge ( ah, c'est de nouveau tendance la moustache à la Omar Sharif ?), arrive à donner du corps à son personnage et d'être vraiment crédible en jeune amant fougueux.
Sans casser la baraque, le film reste surtout une curiosité qui ravira les fans, très nombreux du grand prix eurovision de la chanson ou des actrices poussant la chansonnette. Voir et écouter Mlle Huppert interpréter une reprise de " Joli garçon" de Pink Martini dans une mise en scène franchement ringarde mais enthousiasmant un public conquis, gagne sans doute le droit de figurer parmi les performances les plus étonnantes de l'année et peut être bientôt culte. C'est pour moi la seule vraie raison de voir " Souvenir" qui par ailleurs emprunte les chemins d'un récit très fleur bleue et convenu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Climax de Gaspar Noé