vendredi 21 avril 2017

Sous le même toit de Dominique Faruggia


Dans le flot ininterrompu, semaine après semaine, de comédies françaises cherchant le succès comme certaines consoeurs récentes, "Sous le même toit" arrivera-t-elle à se hisser au sommet du box-office ? J'en doute ... car voyez-vous, j'ai vu ce film en avant-première il y a un bon mois et je dois faire appel à ma mémoire pour arriver à tracer quelques lignes dessus. L'exercice apparaît donc intéressant : que reste-t-il d'une comédie française dans le cerveau d'un spectateur de cinéma lambda un mois après sa vision ? 
Je me souviens ne pas m'être vraiment ennuyé, ce qui est déjà un bon point, signe qu'il devait y avoir quelques atouts. Alors je réfléchis et je revois le couple de comédiens vedettes, Gilles Lellouche et Louise Bourgoin, lui, jouant parfaitement le beauf un peu lourdingue et elle tout aussi impeccable dans la nana qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Oui, je me rappelle que le tandem fonctionne très bien à l'écran. 
Après, de cette histoire de cohabitation entre divorcés au pitch de départ attrayant, il ne me reste rien de plus. Il faut que je retourne voir le générique pour me rappeler que Manu Payet et Marilou Berry jouent des seconds rôles dont je suis incapable de parler. Seul reste dans mon souvenir, Julien Boisselier en nouvel amant un peu coincé qui réussit à s'imposer face aux deux monstres sacrés. 
Il faut que je relise le scénario pour que soudain vienne se rappeler à ma petite tête qu'il y a aussi une sombre histoire de joueur de foot qui ralentit sérieusement l'intrigue et n'offre aucun intérêt, ni comique, ni même dramatique sauf, je crois, pour une sorte de happy-end vaguement larmoyant qui déçoit pas mal. ( Non, ne cherchez pas un quelconque comique grinçant !)
"Sous le même toit" se range donc dans la catégorie comédie pour alimenter les chaînes de télévision dans quelques mois, , sans doute, comme souvent,  avec une bonne idée de départ mais mal exploitée. Reste le duo de comédiens principaux qui fait un joli boulot et qui peut faire passer la pilule. Alors, si vous êtes fans, vous pouvez y aller ....




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Woman at war de Benedikt Erlingsson