lundi 24 avril 2017

# bonnet de Eliane Girard


" # Bonnet " se glisse sans problème dans une poche et a l'avantage de se lire quasiment d'une traite. Menée tambour battant, l'intrigue, qui allie une intrigue propre à satisfaire les curiosités contemporaines et une petite réflexion sur notre univers numérique et la circulation des informations, se révèle tellement efficace que le roman se lit d'une traite.
Tristan, vendeur dans une maison de la presse passe tous les matins devant une radio célèbre où, tous les matins, au même moment, Lina Darius la star de l'info fume une cigarette après son émission. Et, allez savoir pourquoi, un matin, Tristan s'arrête pour lui demander une cigarette. Lointaine et pourtant assez inaccessible, la journaliste accepte. Pour la remercier, Tristan veut lui faire un bisou sur la joue qui, par le hasard des mouvements, se conclue en un  bisou dans le cou. Moment anodin et sans importance pour les deux personnes qui retournent à leurs occupations respectives...sauf qu'un paparazzi les a shootés et que la photo apparaît sur le net, titrant " Le fiancé de Lina Darius !".... s'ensuit un emballement de la machine médiatique qui vient fracasser le couple que forme Tristan avec Clotilde ainsi qu'anéantir la stratégie de communication sans faille de la journaliste, intraitable sur sa vie privée.
Peinture du monde des médias et de la presse people ( avec ces quelques clés qui font reconnaître au passage quelques célébrités) et petite réflexion sur les réseaux sociaux et l'exploitation possible des informations qui y sont publiées, le roman, petite comédie de moeurs écrite avec vivacité, comble parfaitement un moment de plage ou de voyage. Pas prise de tête pour deux sous, mais pas niais non plus, "# Bonnet" possède cette qualité pas si commune de faire passer un bon moment. On sent que l'auteure connaît parfaitement le milieu qu'elle décrit et n'a qu'un seul but, faire plaisir au lecteur en lui proposant une petite fantaisie, sucrée sans excès, acidulée juste comme il faut et qui se déguste comme une glace un jour de chaleur.
Pas le roman de l'année, ni du mois, juste un petit roman sans prétention, bien fait, que l'on lit avec plaisir. 

1 commentaire:

Woman at war de Benedikt Erlingsson