samedi 22 avril 2017

Dans la forêt lointaine de Marie-Pierre Burtin


Dans la forêt lointaine ...
On entend le coucou... (Air connu)
Et il s'agit bien d'un coucou dans ce premier roman. Il n'est pas un oiseau même si sa taille fine et son allure un peu hésitante lui donnent l'apparence fragile d'un grand oisillon venu se poser là, dans cette impasse d'un village alpin. Au début du roman, le coucou n'a pas de nom, il est juste une silhouette immobile qui se dresse toute la journée bien en vue des quelques maisons qui se côtoient dans cette impasse. Qui est-il ? Que veut-il ? On finit par savoir qu'il recherche sa mère dont il possède un vague Polaroïd la représentant de dos, vêtue d'un manteau bleu électrique et pris apparemment dans cet endroit. Les coucous cherchent un nid, c'est bien connu, en trouvent toujours un, même si l'on doit déloger quelqu'un...
Roman de terroir avec un sujet tirant sur le polar psychologique, "Dans la forêt lointaine" essaie d'installer une petite musique provinciale, loin des drames bourgeois des grandes villes. Marie-Pierre Burtin s'efforce de restituer cette ambiance villageoise, amalgame de petites choses banales et de légère perfidie due à l'observation, l'épiage constant de ses voisins. Petit à petit, on flaire des dessous bien peu reluisants de ces habitants, les secrets bien gardés réapparaissent soudain, le drame couve...
Mais hélas, le choix d'une construction vaguement alambiquée ( à savoir des narrateurs différents à l'intérieur d'un même chapitre) n'apparaît pas ici convaincante. Les divers habitants de cette impasse qui prennent tour à tour la parole, sont insuffisamment caractérisés pour que les lecteurs se les approprie. La lecture perd en intérêt et en rythme. On se demande qui parle et on ne situe pas toujours  très bien les nombreux protagonistes assez facilement interchangeables. On suit quand même cette histoire pas trop compliquée qui, sur la fin, lorgne vers un célèbre roman de Sébastien Japrisot  ( je ne dis pas lequel... pour ne pas gâcher le suspens).
"Dans la forêt lointaine" permet de passer un agréable moment mais souffre sans doute d'un choix  narratif trop confus pour lui donner une vraie puissance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Climax de Gaspar Noé