mercredi 30 août 2017

Point cardinal de Léonor de Recondo


La lecture de "Amours" le précédent roman de Léonor de Recondo m'avait enthousiasmé comme de nombreuses lectrices et lecteurs. Après des secrets bourgeois et lesbiens magnifiés par un texte délicatement ciselé, voici l'auteure s'attaquant à un sujet vraiment plus casse-gueule : le changement de sexe.
 Laurent, marié avec Solange son amour de jeunesse , deux enfants adolescents, cadre dans une entreprise d'éolienne, a de plus en plus de mal à cacher la personne qu'il sait être réellement au fond de lui : une femme. Depuis quelques temps, habillé en créature un peu idéale, il fréquente secrètement le Zanzi, bar où se retrouvent d'autres transgenres comme lui. Mais l'absence de son épouse et de ses enfants pendant trois jours  seront le point de départ d'une révélation qui, on peut s'en douter, bouleversera sa vie, celles de ses proches et de ses collègues de bureau.
De plus en plus traité au cinéma comme en littérature, la notion de genre et surtout la difficulté à être autre que ce que la nature a donné, demeure un sujet encore tabou ou tout du moins très délicat. L'homosexualité a encore du mal à passer, alors la transsexualité... on n'ose pas imaginer ! C'est sans doute avec une volonté toute pédagogique que Léonor de Recondo semble avoir conçu son roman, comme un petit plaidoyer sur la tolérance et la différence, sur l'acceptation de soi. L'entreprise est généreuse mais, à mes yeux, ratée. Cela s'appelle "Point cardinal" mais " Le changement de sexe pour les nuls" aurait été plus approprié ou même "Oui-Oui devient une fille". A vouloir donner à son histoire un caractère tolérant, simple et à la portée du premier venu ( il faut convaincre le lectorat le plus large), le roman s'enfonce dans une sorte de sitcom improbable, presque gnangnan, en tous les cas trop belle pour être crédible. On a l'impression que le syndrome Laëtitia Colombani a encore frappé ! Le style vise la simplicité, la phrase n'est pas en reste.  On rajoute quelques jolis clichés pour faire avancer l'action et  une profondeur psychologique de téléfilm de deuxième partie de soirée sur la TNT sans aucune réelle mise en perspective. Tout coule de source dans cette histoire parce que voyez-vous, tant que l'amour circule, tout va bien. On prend des hormones, puis on file en Belgique se faire opérer et hop Laurent devient Lauren et elle peut ainsi enfiler des culottes de soie sans avoir à aplatir son sexe. ( là encore, un homme qui se sait femme, c'est enfiler quelques attributs assez connotés comme de beaux et longs cheveux blonds, des robes moulantes et des sous-vêtements en soie, comme si la féminité se réduisait à ces stéréotypes...)
Tous les personnages, nullement attachants, épousent un caractère unique ( pourquoi embêter le lecteur avec de l'ambiguïté ? ) , Laurent veut être une femme un point c'est tout,  l'épouse est aux cents coups mais l'aime toujours et sera donc exemplaire, les enfants renâclent ( les teignes !) , les collègues sont surpris. Tout ce petit monde brossé à la truelle n'est qu'une accumulation d'archétypes consensuels. Se sentir femme pour un homme ce n'est pas simple mais en lisant "Point cardinal", les petits soucis des doutes sur sa vraie nature s'envoleront. En contant cela comme une randonnée en escarpins au pays des hormones et des perruques peroxydées, Léonor de Recondo a réussi son changement de genre, elle est passée d'auteure brillante à romancière de gare... Elle va  pouvoir s'acheter des kilos de culottes en soie... Dommage pour nous...

Et pour terminer sur une note plus ...musicale, la chanson du livre, celle que le héros écoute ad libitum : Who will comfort me de Mélodie Gardot.




7 commentaires:

  1. "who will comfort me?", on a bien compris que ce n'était pas le dernier Recondo...
    Mais au fait, qui a dit que Oui Oui était un garçon?!

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien les billets qui y vont franco. Sur le sujet, bien plus fin (à mon avis) existe Le choix de Juliette (un vieux roman sans doute pas facile à trouver)

    RépondreSupprimer
  3. Au moins, c'est clair. Moi aussi, j'aime quand les choses sont dites.
    Excellente bande musicale... J'adore!

    RépondreSupprimer
  4. Je ne le sentais pas ce roman... J'aime les critiques qui n'y vont pas avec le dos de la cuiller !

    RépondreSupprimer
  5. En cherchant des avis négatifs sur ce roman je suis tombée sur le tien ! Plutôt brut de décoffrage, mais je dois dire que je suis assez d'accord ^^ J'avais adoré Amours et ai franchement été déçue !

    Si ça t'intéresse je viens de publier le mien... :)

    Bonne journée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est surtout la déception qui a parlé. je ne sauverai de ce roman que le premier chapitre, très cinématographique ....

      Supprimer
    2. quel bonheur de lire un billet dans lequel je me retrouve...tellement de tapafe médiatique autour de ce roman..et tellement de décepetion..j'ai l'impression d'etre la seule à être gênée et dégoûtée de l'egpoisme du personnage qui pour enfin se sentir "femme" n'hésite pas à faire voler en éclat sa famille ....

      Supprimer

Bécassine ! de Bruno Podalydès