mercredi 11 juillet 2012

Sous le vent de Jean-Bernard Pouy et Joe G. Pinelli


Qui dit Jean-Bernard Pouy, dit polar. C'est donc au rayon polar de ma librairie que j'ai trouvé "Sous le vent" et c'est peu dire qu'il n'était pas à la bonne place.
Ce livre est plus proche de l'esprit d'un album jeunesse par sa forme que d'un roman classique. Il semblerait (si j'en crois les quelques recherches sur internet) que Jean-Bernard Pouy ait créé ce texte en s'inspirant des pastels de Joe Pinelli.
Cela donne un résultat vraiment séduisant : un texte littéraire fort bien écrit , en parfaite harmonie avec les illustrations aux couleurs fauves rappelant Gauguin (normal, l'histoire se déroule en grande partie aux îles Marquises) . 
Nous rencontrons Pol, homme encore jeune. Il vient de rentrer de rentrer de la guerre 14/18, la tête remplie d'horreurs. Dans son village breton, sa fiancée ne l'a pas attendu. Elle s'est mariée avec son meilleur ami qui a échappé à la conscription. Décidé à tout quitter, par défi, il lance une fléchette sur un planisphère de son ancienne école et se rendra où elle se plantera. Ce sera les îles sous le vent en Polynésie. 
Après un long voyage, le voilà loin du ciel gris breton, dans une contrée proche du paradis terrestre, où les habitants vivent sans contrainte ni jalousie. Seulement, il a emporté dans sa tête un passé qui le poursuivra sans cesse...
Le récit de Jean-Bernard Pouy s'attache à nous décrire ces marquises paradisiaques d'il y a presque un siècle maintenant. Son écriture s'enrichit de couleurs, de sensations, en parfaite harmonie avec les illustrations fauves de Joe Pinelli. Nous sommes bien au paradis sur terre mais le noir sourd petit à petit au fil des pages, comme un mal qui ronge et qui progresse dans l'esprit du héros. Un roman plein de couleurs jusqu'aux plus sombres mais pas du tout dans le genre habituel de l'auteur d'où la difficulté de le classer sur le bon rayonnage.
Un beau livre dans tous les sens du terme : bel objet au beau papier, illustré et écrit magnifiquement. Que demander de plus ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...