mercredi 9 décembre 2015

L'arbre à gâteaux d'Etsuko Watanabe


Je l'avoue, quand j'aime un album, c'est le plus souvent grâce à la parfaite symbiose entre un texte inspiré et une illustration jamais redondante. "L'arbre à gâteaux" ne répond pas vraiment à ces critères habituels et pourtant, j'ai flashé sur ce très grand format qui, il faut bien le dire, en met plein les yeux. 
Faisons un sort à l'histoire, pas inintéressante, un peu longuette même, possédant un caractère très enfantin, à savoir, une succession d'événements extraordinaires qui semblent sortis tout droit du cerveau imaginatif d'une mouflette endiablée mais tirant sur le genre "marabout, bout de ficelle". La rêveuse Jeanne va vivre d'incroyables aventures à la recherche de l'arbre à gâteaux qui peut exaucer un voeu. Elle traversera des paysages extraordinaires tout en rencontrant des personnages hallucinants. Un texte minimal, un peu plat ,accompagne la petite fille dans son périple. Ce n'est nullement grâce à lui que cet album nous accroche. 
La couverture peut passer pour aguicheuse avec son ajout de brillance comme dans ces parutions à base de poneys, de dauphins ou de dinosaures qui attirent irrémédiablement les enfants sur certains étalages. Seulement utilisée en présentation,  la couleur argentée reste toutefois discrète et sa guirlande pâtissière bien alléchante. Et l'on ouvre l'album.... Et soudain s'étale devant nos yeux ébahis un océan limpide qu'un léger clapotis rend quasi réel. On comprend alors que l'artiste japonaise Etsuko Watanabe va nous embarquer dans un monde de couleur et de beauté, utilisant ce très grand format à bon escient et uniquement sur double page. Les couleurs éclatent (ou pas, car parfois des camaïeux sombres rendent l'atmosphère inquiétante). On suit avec ravissement la petite Jeanne et son nounours bleu, les yeux écarquillés, impressionnés par la dynamique et la beauté des illustrations, pourtant assez classiques, mais d'où se dégage  un irrésistible charme enfantin. J'ai même entendu lors de plusieurs lectures de cet album des petits cris d'ébahissement, des "oooooooh!!!" notamment...
Alors qu'importe que le texte se roule dans une banalité un peu pesante sur 64 pages ( oui, l'ouvrage est long ! ), l'univers créé est de ceux qui donnent envie de dessiner, de rêver et surtout d'y revenir. Je suis persuadé que vous et votre enfant y retournerez à plusieurs reprises dans cet arbre à gâteaux. On ne renonce pas si facilement à ce plaisir des yeux qui stimule l'imagination et qui est une véritable plongée dans un univers lyrique et chaud, fleurant bon l'enfance. 
"L'arbre à gâteaux" peut se déguster à partir de 4 ans mais s'appréciera énormément, je pense, chez les gros rêveurs de 6 ans.  



1 commentaire:

  1. Vous nous mettez l'eau à la bouche avec cet "Arbre à gâteaux"! am

    RépondreSupprimer

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...