mercredi 29 mai 2013

Le démon du soir ou la ménopause héroïque de Florence Cestac


Dans la droite ligne du "démon de midi", avec toujours la même verve que le "démon d'après-midi", voici "le démon du soir" qui s'attaque à un sujet beaucoup moins exploité : la femme de soixante ans ! Le troisième âge quoi ! La génération qui lit "Notre temps" et qui lorgne d'un oeil inquiet les couches "Téna" dans les rayons des super-marchés.
Ici, rien de tout cela, Florence Cestac nous démontre qu'à soixante ans, il faut POSITIVER. Puisque qu'on entre dans un nouvel âge, le troisième donc, autant en profiter pour bâtir une nouvelle vie. On brûle ses derniers feux, autant en profiter !
Après quelques journées d'angoisse suite à une biopsie mammaire, Noémie, apprenant que finalement tout va bien, va se libérer des multiples contraintes qui alourdissent sa vie quotidienne. Du balai son travail harassant où il fallait prouver la jeunesse de ses artères pour satisfaire un patron semi-lubrique. Exit le mari à la retraite, bedonnant, pantouflard et à la sexualité atteignant le moins que zéro et aussi sexy qu'une vieille courgette. Au diable les enfants donneurs de leçons et les petits enfants envahissants, qui passaient plus de temps chez mamy que chez leurs géniteurs, parce que , bon, on a autre chose à faire que de s'occuper des mômes ! Avec de fortes indemnités en poche, Noémie va voyager, retrouver une sexualité décomplexée, ouvrir un gîte dans les Pyrénées...
Cette BD est un hymne à la vie, à la joie, à faire que toutes les dames de soixante ans et plus, soient vraiment   indignes aux yeux de ceux qui les veulent bonnes au rebut parce que ménopausées. C'est stimulant comme pas possible, drôle bien sûr et en plus, bourré de tendresse pour ses personnages. 
Si Brigitte ou Joëlle, vos chères collègues, prennent leur retraite bientôt et que vous sentez que dans leur tête cela signifie la prise d'un boulevard qui les mènera de la maison " Les bleuets fânés" au cimetière, glissez-leur entre le voyage au Mont Saint Michel ou le vélo de randonnée cette BD tonique et stimulante. Sa lecture ne  leur donnera pas l"envie d'être les premières gogos danseuses de leur commune, mais pourra quand même leur donner un baume de jeunesse pour que ce dernier long chemin soit jalonné de bêtises et de bonheur. C'est le message lancé par cet album tellement positif qu'il devrait être prescrit comme traitement de fond pour soigner la ménopause. 




1 commentaire:

  1. Bonsoir, je compte bien lire cette BD et mon ami devrait me l'offrir... Bonne soirée.

    RépondreSupprimer

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...