samedi 13 juin 2015

Histoires de famille de Pelle Forshed


Difficile de parler de la richesse de ces nouvelles graphiques venues de Suède. L'éditeur évoque la fin de vie de gens ordinaires et la  solitude des proches qui accompagnent ces personnes âgées. C'est cela bien sûr, mais pas que. Je dirai que c'est aussi une pertinente description du travail de tous ces auxiliaires de vie, qui par leur présence, leur plus ou moins grande humanité, font que les plus anciens ont encore un semblant de vie décente. Mais on trouve aussi, en creux, une réflexion sur la disparition, sur cette fin qui guette tout un chacun et que certains appréhendent au jour le jour alors que d'autres la fuient. En suivant le travail de Pelle, jeune auxiliaire de vie , pas plus courageux ni empathique qu'un autre, jonglant entre les taches ménagères et la toilette d'anciens au bout du rouleau. on pénètre dans un quotidien rarement évoqué en bande dessinée. L'ingratitude du travail, le regard méfiant des proches se tenant pourtant à distance mais exigeant un service sans faille, les manies, les lubies de tous ces êtres dont le lien à la vie est vraiment ténu, sont évoqués sans fard. 
On peut éprouver, je le sens bien, une petite réticence à aller ouvrir ces "histoires de famille". Tout cela apparaît un peu plombant, pas glamour pour deux sous. Malgré un dessin simple, aux couleurs pastels (aux tonalités automnales quand même ) nous sommes très loin effectivement d'un album youp la boum. Ce n'est pas souvent que des grabataires et la mort qui va avec sont conviés au pays du 9 ème art. Cependant, au delà de ce thème peu porteur, Pelle Forshed nous propose, en plus de cette plongée au pays de l'ultime solitude, une véritable fresque  extrêmement virtuose, tant au niveau du soin apporté à la restitution de ces tranches de vie qu'à la construction enchâssée tout en finesse de ces nouvelles. Avec ces airs de simplicité, le dessin regorge pourtant de petits détails pas si anodins que ça, apportant une force inouïe à ses récits, tous plus ambitieux les uns que les autres. Car, oui, il faut le dire, l'auteur ne se contente pas comme beaucoup d'autres, d'aligner des anecdotes, mais construit son récit de façon très littéraire, maniant diverses intrigues dans des tonalités différentes, du suspens genre Patricia Highsmith  (La famille)  au récit psychologique perturbant (Eau bouillante) en passant par un fulgurant et impressionnant récit de dernier souffle (Noir et blanc). Et si je vous dis, que les personnages ont des agissements tout à fait personnels mais humains mais aussi un peu dérangeants, la tentation du suicide pour Liisa ou celle de l'échangisme pour Ake, vous aurez compris que ce roman graphique est une petite pépite comme on en trouve peu sur les rayons.  
Pas très drôle, "Histoires de famille" est vraiment un album qu'il serait dommage de snober tellement sa parfaite composition et sa tonalité vraiment originale en font un véritable incontournable, le tout dans une édition papier de toute beauté. 



1 commentaire:

  1. Merci pour cette découverte! Tant par son contenu, que par le dessin. a-m

    RépondreSupprimer

Au coeur des abstractions, Marie Raymond et ses amis de Victor Vanoosten / Musée de Tessé Le Mans

 Désormais Paris et ses grandes expositions ( souvent hors de prix) peuvent trembler sur leurs cimaises, la province...heu les régions... jo...