jeudi 5 mai 2016

Dough de John Goldschmidt


Dough est bourré de bons sentiments, tous plus nobles ou louables les uns que les autres. La fraternité entre des personnes qui n'ont rien pour s'entendre semble être l'élément fondateur du film . Un vieux boulanger anglais, veuf et juif va embaucher, un peu contre son gré, un jeune musulman noir originaire du Darfour. La boutique qui périclitait lentement à cause du supermarché voisin retrouve soudain une deuxième jeunesse. La clientèle afflue, de plus en plus jeune d'ailleurs, s'empiffrant de bagels ou de donuts ...à la marijuana. Cette recette qu'a trouvé le jeune apprenti pour dealer son herbe en toute quiétude est vraiment une idée de génie. Son patron, absolument pas au courant, regarde avec de plus en plus d'empathie ce jeune qui pourtant,à chaque lever du jour, sur son tapis de prière débite son Coran.
 Tout les oppose mais ils vont s'apprécier, jusqu'au coup du sort qui va dévoiler un détail que l'un voulait cacher et qui brisera le lien. Cette trame dont le sillon a été des milliers de fois labouré par le cinéma, n'est ici jamais déviée de son chemin sans surprise. On assiste dans un mélange de bienveillance et d'ennui à ces aventures anglaises dans l'univers de petites gens et d'immigrés qui n'ont de Ken Loach que le décor et absolument pas le rythme d'une comédie. Nous sommes dans l'univers formaté du téléfilm, le genre qui essaie de faire pleurer le téléspectateur avec une cascade de bons sentiments, mêlant les thèmes du moment comme la religion, les requins de l'immobilier et de la finance, l'immigration.
De cette comédie pas débridée surnagent toutefois les deux acteurs principaux. Jonathan Pryce est absolument impeccable en vieux boulanger juif retors et Jérôme Holder, face à lui, fait preuve d'une remarquable présence. Le reste, patine dans la farine.
Vous irez voir "Dough, les muffins magiques",
Si vous êtes fana de tout le cinéma britannique,
Car votre copine prend des barbituriques,
Parce que vous n'avez pas lu ma critique.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...