mercredi 7 février 2018

Jusqu'à la garde de Xavier Legrand


Chef d'œuvre annoncé, avec cette fois-ci deux prix au festival de Venise, "Jusqu'à la garde" tient-il les promesses d'une promo centrée ( avec raison) sur le problème des femmes battues et de l'enfant  otage de ses parents qui se déchirent ?  ( Avec, quand même,  une autre question, alors que les français se ruent en masse aux "Tuches 3" , seront-ils tentés par un film très sombre  sur le divorce?  )
Le film débute et se termine par deux longues scènes de genre différent. La première,  quasi documentaire, à la durée peu usitée dans le cinéma se déroule dans le cabinet d'un juge. Saisissant moment de vérité qui d'emblée plonge le spectateur dans une réalité et un questionnement intense. Qui de cette femme mutique, au visage fermé et de cet homme, massif, à la rondeur possiblement rassurante si l'on prend garde à ses regards humide, est le plus à même à garder leur enfant ?
Nous sommes à la délicate place d'un juge qui finira par trancher mais aucun des deux n'est véritablement blanc ou noir. La force du film reste dans ce regard de cinéaste à toujours laisser une chance aux personnages ( surtout à celui du père dont on peut penser que les colères cachent peut être un être sensible et brisé). Ensuite le film déploie son récit en évitant le mélodrame, se plaçant souvent à la hauteur de cet enfant tiraillé. Chaque personnage qui au départ paraissait complexe, va progressivement devenir un archétype pour un long final angoissant un peu lourdingue.
Efficace, "Jusqu'à la garde" se hisse facilement dans les films tout à fait regardables. L'interprétation est au top. Denis Menochet comme d'habitude impressionne par la finesse de son interprétation et Léa Drucker, un peu en retrait, subit les événements avec talent. Cependant, on peut regretter que le dernier tiers fasse bifurquer l'ensemble vers le film de genre moins subtil. Mais, à l'heure des combats des femmes contre la violence masculine, ce film tombe à point nommé et pourra servir de base de départ pour un débat.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...