dimanche 2 février 2014

Tonnerre de Guillaume Brac



Le film démarre dans une pièce sans âge, à la tapisserie aux médaillons qui fleurent bon la province et les vieilles habitudes. Un homme, la trentaine visiblement adolescente, des cheveux longs encadrant une calvitie un peu précoce, joue de la guitare basse en chantonnant. C'est Maxime, vague chanteur rocker, ayant obtenu un petit succès critique lors de la sortie de son premier album, qui vient se ressourcer et trouver l'inspiration pour une prochaine production. Il retrouve son père ( Bernard Menez, très bien ), retraité au passé d'homme à femmes et au présent encore dragueur et sa petite maison provinciale sans âge et simple. Lors d'une interview pour un quotidien local, il rencontre une très jeune journaliste, Mélodie (Solène Rigot, très bien aussi, aperçue il y a peu dans Lulu, femme nue). Le courant passant pas mal entre eux, une liaison s'engage et semble partie pour durer malgré quelques hésitations. Mais lors d'un déplacement de trois jours, la jeune fille ne donne plus de nouvelles...
La veine très naturaliste de ce film lui donne un petit côté "film d'auteur fauché" mais la présence de Vincent Macaigne, LE comédien incontournable du nouveau cinéma français, apporte à "Tonnerre" un statut de "film d'auteur nouvelle nouvelle vague" pas négligeable. J'ai l'impression que sans lui, le film n'aurait pas suscité un tel intérêt critique (comme d'ailleurs "La fille du 14 juillet" ou " La bataille de Solférino" qui sont devenus les deux meilleurs films français de 2013 selon les commentaires des bilans de fin d'année). C'est vrai que lui aussi est très bien, oscillant entre un attardé au regard un peu lunaire et un jaloux à la violence latente. Cependant, "Tonnerre" reste un petit film dont l'intérêt est plus dans la manière dont il appréhende le réel, façon chronique documentaire, que dans son histoire dont le développement en deux parties aux tonalités un peu différentes, donne au projet un côté un peu bancal. Il nous montre une France régionale, un peu triste, vaguement réveillée par quelques technologies innovantes mais recroquevillée sur elle même, loin du clinquant de la ville. On y vit, on aime toujours très fort, mais surement de plus en plus difficilement comme le montre cette scène très émouvante chez le viticulteur ayant pensé au suicide.
Bien joué, attachant, "Tonnerre" est le genre de film qu'il est important de voir sur nos écrans, la représentation de la simplicité et de l'authentique par un cinéaste ayant un vrai regard étant toujours porteuse d'intérêt. Toutefois, je comprends que cette esthétique un peu pauvrette n'attire pas les foules. Pas glamour pour deux sous et évitant toute surenchère émotionnelle, le premier long métrage de Guillaume Brac est le récit sans tapage d'une histoire d'amour qui peut finir mal. Bien servi par de bons comédiens, il distille sa petite musique sans pour autant nous transporter totalement, la greffe fiction cinématographique et naturalisme ayant par moment un peu de mal à prendre.


2 commentaires:

  1. Vous avez vu "2 automnes 3 hivers" avec le même Vincent Macaigne ? Passé quasi inaperçu, ce film vaut la peine de trouver une salle qui le passe (mais ça n'existe peut-être plus !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas vu Isabelle. Mais je vous sens si intéressée que de fait cela m'intéresse..
      pourquoi pas, comme je me dis à chaque film peu encensé par la "Critique".
      Et j'y découvre pourtant toujours beaucoup de sensibilité, souvent beaucoup de délicatesse. Un peu de celles qui me parle ..
      A suivre donc .. Juliette

      Supprimer

FIF85, Festival International du Film de La Roche sur Yon ( une journée au)

Heureusement la Vendée, dans le domaine culturel, ne se résume pas qu'au Puy du Fou. Ainsi, en octobre depuis 12 ans, se déroule un fest...