lundi 10 mars 2014

Un week-end à Paris de Roger Michell


Ils sont anglais, soixantenaires et vont fêter leurs trentes ans de mariage à Paris. Comme beaucoup de vieux couples, ils se chicanent, s'énervent. Mais au fur et à mesure que le week-end avance les griefs, les aigreurs et les doutes vont remonter. Elle, encore pleine de charme, a des velléités pour une vie différente avec ou sans son mari. Lui, moins ouvert, sombre dans une vieillesse avec le regret de n'avoir pas su réaliser ses rêves. Paris sera le cadre de cette passe d'armes entre deux êtres que tout unit mais que tout peut séparer.
J'ai un petit problème avec ce film. Joliment interprété par un couple de comédiens pas trop connus, donnant ainsi une crédibilité plus forte à ce propos ( avec Meryl Streep et Sean Connery au générique, l'impact aurait été différent), j'ai eu un peu de mal toutefois à entrer dans l'histoire, la faute aux dialogues brillants, drôles, incisifs, percutants. Trop, il sont trop bien écrits ! C'est un festival de répliques assassines, drôles, pointues, futées, ironiques. Au-delà du plaisir de les entendre, je me suis demandé comment, un couple, qui parle comme dans une sitcom 24h/24h, alignant les bons mots avec une complicité et un tel appétit, peut-il en arriver à se déchirer ainsi ?  Quand on a un ou une partenaire aussi en connivence, parce qu'il en faut pour rebondir avec esprit au moindre propos de l'autre, comment est-il possible que l'on ait envie de le perdre ?
Les vingts premières minutes de cette comédie romantique m'ont donc paru un peu fabriquées, trop finement taillées pour être vraiment crédibles. Mais le charme des interprètes, la drôlerie du scénario ont fini par l'emporter. Lors de  la scène du repas chez l'ancien camarade de Cambridge retrouvé par hasard (Jeff Goldblum, très drôle), véritable climax du film, l'émotion a même été bien présente, signe que finalement la sauce a bien pris.
Vraisemblablement écrit pour enchanter les lecteurs de "Notre temps" et autre "Bel âge", cible marketing de plus en plus sollicitée en regard de leur pouvoir d'achat, "Un week-end à Paris" est une jolie comédie bourrée de charme, un peu trop fabriquée mais qui saura enchanter le coeur romantique de toute une génération prête à ne rien lâcher.


1 commentaire:

Les illusions perdues de Xavier Giannoli

  Adapter ce long roman de Balzac reste une gageure que Xavier Giannoli réussit parfaitement.  En se concentrant sur la partie narrant la mo...