lundi 3 mars 2014

Waimarama de Franck Monnet



Je ne connaissais pas les précédents albums de Franck Monnet, juste vaguement quelques chansons écrites jadis pour Vanessa Paradis. C'est donc sans l'ombre d'un à priori que je me suis plongé dans l'écoute de Waimarama et j'en suis ressorti séduit.
Mettons-nous tout de suite d'accord, cet album ne joue pas les gros bras. Il évoque plutôt une soirée sur une plage à Rio, un feu de bois, une guitare sèche et une rythmique douce. Ok, il habite en Nouvelle-Zélande, je ne connais pas la musique de cette partie du monde, je ne sais pas si elle a influencé la composition, mais j'ai retrouvé un peu de cette indolence brésilienne.
Les mélodies accrochent tout de suite l'oreille et on a plaisir à les réécouter et à les fredonner. Celle de "Différents" m'est restée dans la tête pendant deux jours. Simples, souvent accompagnées de guitare sèches, rehaussées avec des choeurs vers la fin, les dix chansons qui composent Waimarama nous parlent de la vie simple d'un homme qui prend le temps de vivre et d'apprécier simplement ces petits bonheurs qui font le sel de chaque jour. On y ressent une certaine plénitude, une grande sérénité acquise au fil de quelques petites épreuves qui pointent le bout de leur nez, teintant d'un peu de gris cet univers proche du cocon protecteur. C'est plein de douceur, un peu nostalgique ( "Sans John" très réussi hommage à John Lennon mais aussi regard sur son passé et "La belle industrie, au rythme début du siècle dernier ), faisant pénétrer l'auditeur dans une tendre intimité. La voix, au diapason des compositions, simple mais essayant parfois des éclats dans les graves ou les aigus, au gré de chansons ne se conformant pas toujours au classique couplet/refrain/couplet/...,  donne à l'ensemble une touche plus complexe. Les instruments à cordes sont les principaux accompagnateurs de ces compositions, les nimbant d'un voile musical délicat. La guitare sèche donne le rythme, les violons et violoncelles viennent souligner la plénitude de la vie du chanteur ( mais pas sur "Waimarama" plus électrique).
Sans fanfare, l'émotion dans la voix malgré une petite retenue, Franck Monnet m'a séduit par la douceur de morceaux où la tendresse s'impose comme une évidence. Album d'un homme qui a choisi une vie simple loin de tout tapage médiatique, "Waimarama", va accompagner à merveille le  printemps qui vient.


"Waimarama" le clip....

3 commentaires:

  1. Bon alors j'ai essayé sur tes conseils (comme d’habitude hein...) mais je n'ai même pas fini la première chanson... Mon dieu je crois que je ne supporte plus la chanson française.... Et j'ai surtout l'impression d'entendre toujours le même disque de hamsters essoufflés...
    Je t'embrasse tout de même
    yann

    RépondreSupprimer
  2. Mon cher Yann, il ne faut pas me suivre sur la musique, je ne suis pas spécialiste et j'ai de drôles de goûts.... Mes avis reflètent mon admiration pour les chanteurs sans voix, souvent minimalistes et qui chantent en français. Pas d'éclectisme dans ce domaine. Mes emballements n'emballent souvent que moi.... Heureux que tu ne m'en veuilles pas et sans rancune je t'embrasse aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Ah ça me fait plaisir que tu ais apprécié cet album Pierre :)
    Je suis Franck depuis son premier album. J'ai bien sûr tous ses CD à la maison, je l'ai vu des dizaines de fois en concert et autant te dire que "Waimarama", après 8 ans de silence, je l'attendais avec impatience!
    Je suis toujours ravie d'entendre ou de lire de jolis mots sur les chansons de Franck. Les critiques professionnelles c'est une chose mais les néophytes ça fait je trouve encore plus plaisir.

    En espérant que ce voyage t'auras donné envie de découvrir d'autres chansons de ce très chouette monsieur :)

    RépondreSupprimer

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...