vendredi 11 septembre 2015

Life d'Anton Corbijn



Dennis Stock est un photographe qui traîne autant son mal être suite de divorcé solitaire que son envie de devenir une pointure de sa profession. Il fait bien quelques piges pour quelques magazines célèbres dont Life mais rien qui puisse lui apporter un once de consécration. C'est au hasard d'une de ces nombreuses soirées hollywoodiennes qu'il croise un jeune acteur dont la première apparition au cinéma semble prometteuse. Dans quelques semaines sortira "A l'est d'Eden" mais déjà Jack Warner flaire que ce jeune et fougueux étalon pourrait bien devenir un vrai pur sang. Pour le moment, la bombe Dean n'a pas encore explosé et les deux hommes se rapprochent. Le premier perçoit en l'acteur une future star dont il désire immortaliser très vite le non conformisme et révéler une vérité que le star system étouffera bien vite. Le second sent sa vie lui échapper, la gloire attendue cogne à sa porte mais pressent que ce sera une prison. De rencontres en rendez-vous ratés, petit à petit les deux hommes vont apprendre à se connaître, s'apprécier et finiront par réaliser un reportage devenu mythique au fin fond de l'Indiana.
Cela aurait pu être un biopic de l'un ou de l'autre, mais le film se contente de rentrer dans leurs légendes respectives par le biais de cette brève rencontre. C'est filmé calmement, de façon lisse et linéaire, sans aucun rebondissement, avec une photo magnifique mais jamais pesante et une caméra toujours au bon endroit, fouillant les âmes des deux personnages et c'est cette alchimie magique qui donne au film toute sa profondeur, permettant au spectateur se glisser dans les nombreuses pistes proposées. Cette apparence glacée (et pas parce que cela se passe en hiver) cache évidemment sous la glace, un feu qui se révèle passionnant. Bien sûr, on peut être amusé par ce petit jeu autour des deux jeunes acteurs starisés jeunes (Dean/Pattinson) mais aussi l'envie qu'a le film de montrer d'un doigt léger la fin de l'époque du cinéma glamour, machine à faire rêver qui va être balayée par l'entrée d'une jeunesse américaine dans un conformisme plus rock'n roll. Mais c'est surtout l'histoire pudique de la rencontre de deux hommes qu'un passé presque similaire attire. Ils s'accordent, se respectent, se comprennent. Se séduisent ? Oui, sans doute aussi, même si le film ne le suggère que légèrement mais laissant cette part à l'appréciation du spectateur. Cela donne au film son mystère et sa puissance, de nombreuses scènes pouvant effectivement être vues comme un désir refoulé chez Stock.
"Life" peut également être lu comme le récit de la prémonition de James Dean quant à son destin tragique, celui d'une étoile filante qui défiera la mort jusqu'à la trouver trop vite, évitant ainsi une vie fabriquée de toute pièce qui lui aurait sans doute été insupportable.
Avec ses nombreuses pistes ouvertes à la sensibilité du spectateur, ce nouveau film d'Anton Corbijn est une pure merveille, maîtrisée, et plus complexe que son aspect propret peut le laisser supposer. Robert Pattinson incarne le photographe Dennis Stock, personnage principal du film mais joué avec discrétion. Quant à Dane DeHaan à qui revient la redoutable d'être James Dean à l'écran, alors qu'il ne lui ressemble pas du tout physiquement, il parvient à le faire vivre avec fureur, avec talent et risque lui aussi de devenir un des prochains géants du cinéma. Et deux raisons supplémentaires d'aller toutes affaires cessantes découvrir ce film !


 Je ne résiste pas au plaisir de mettre cette magnifique photo de Dennis Stock dont on voit le moment où elle a été prise dans le film...


1 commentaire:

  1. Adoré aussi pour ma part. Cela faisant longtemps que j'attendais un film sur James Dean et j'ai beaucoup apprécié qu'il ne soit pas uniquement sur lui. Et les deux acteurs sont vraiment au top.

    RépondreSupprimer

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...