mardi 22 septembre 2015

Peau neuve d'Elise Griffon



Les récits autour du passage de l'enfance à l'adolescence sont légions. Le sujet a été maintes fois exploré, sous toutes les coutures, les formes sauf peut être en mettant en avant ce qui pose sans doute problème en premier : le corps.
L'histoire se déroule en 1990, à une époque qui, avec le recul, peut sembler un peu plus libre qu'aujourd'hui. Laura, entre en 5ème dans un nouveau collège provincial. Elle arrive de Paris et ne connaît personne. Lors de sa première journée, elle écope, comme toute sa classe, d'une punition donnée par une prof de français bordélisée et dépressive. Tous ces adolescents doivent raconter leurs vacances d'été. Sujet bateau par excellence, sauf que Laura, encore naïve, raconte son séjour dans un centre naturiste. En plus d'avoir la meilleure note et de passer ainsi dans le camp des bons élèves ce qui n'est jamais bon dans un groupe pour qui être à la limite du cancre est une gloire, Laura va se retrouver stigmatisée, passant pour une perverse.
"Peau neuve", chronique délicate mais sans concession, sur l'apprentissage de la vie et de l'intolérance, joue sur plusieurs tableaux. En entremêlant le récit implacable dans le collège avec celui plus heureux dans le camping naturiste, Elise Griffon pose le problème de l'image du corps chez les adolescents mais aussi dans la société toute entière. Le récit des vacances, illustré de la façon la plus simple et la plus naturelle possible, pose un regard bienveillant sur les adeptes de la nudité, sans doute un soupçon pédagogique et militant dans les premières planches, mais possède surtout une justesse de ton et de regard qui émeut. Nous assistons au dernier été de totale liberté de Laura, nue et encore insouciante, même si se glissent les premières interrogations sur la sexualité. Lorsque l'on est nu, impossible de cacher les poils qui apparaissent, les seins qui poussent ou les confidences des copines un peu plus âgées (et pour les non initiés, ou pour ceux qui prennent leurs infos dans les reportages minables de TF ou M6, pas parce que les sexes sont en érection!  Les centres naturistes ne sont pas des lupanars comme au Cap d'Agde.). Le montage en parallèle avec sa rentrée au collège est d'autant plus fort que se joue là un épisode fondateur pour la vie future de cette jeune fille. Elle vivra en accéléré une initiation à la bêtise, à la violence, à l'intolérance, passage qui la laissera brisée, comme le camping à la fin de l'été qu'une tornade prémonitoire dévastera. Je ne dirai rien du final de cette histoire, sauf que les dernières planches sont un hymne magnifique au corps sous toutes ses formes, à la nature, à la liberté et à la vie ou comment une vieille dame et l'océan peuvent contribuer à une renaissance.
"Peau neuve" est un roman graphique aussi âpre dans sa description d'une certaine humanité enfermée dans des stéréotypes sociaux que d'une infinie douceur quand il s'agit de donner vie à une adolescente élevée dans le respect des autres. Pour moi, une lecture fortement conseillée aux adolescents (mais pas que..). A l'heure où la morale déboule dans les salles de classe, voilà un roman graphique qui possède le bon regard pour amener le débat mais surtout faire réfléchir sur la tolérance. Les jeunes qui agressent Laura le font autant par méconnaissance d'un univers particulier que par la peur qu'engendre l'inconnu (ça nous rappelle quelque chose de notre actualité brûlante) et quand en plus cela touche au corps... nous sommes au coeur des interrogations de ces adolescents. En un mot : indispensable !



2 commentaires:

  1. Ah tiens tu as aimé l'histoire d'un nudiste qui fait sa rentrée... Ca t'a parlé ? ;)
    des bises
    yann

    RépondreSupprimer
  2. Yann!!! C'est une histoire sensible...pas une blague. Un très joli album... J'ai lu "Bronzage intégral" dans le genre naturiste, plus drôle et plus léger, mais je n'en parle point...

    RépondreSupprimer

La fille qu'on appelle de Tanguy Viel

Si on le lit le nouveau roman de Tanguy Viel pour son histoire se déroulant dans un milieu provincial de bord de mer, on sera évidemment déç...