mercredi 8 juillet 2020

Femmes sans merci de Camilla Läckberg


Pas de bon gros polar habituel cet été pour les aficionados de Camilla Läckberg, mais une novella, genre littéraire situé entre la nouvelle et le court roman dont Wikipédia nous dit que l'on trouve dans cette catégorie  " Le vieil homme et la mer", "La métamorphose" ou " L'étranger"... excusez du peu. 
Disons-le tout de suite, même si dorénavant Camilla a enfourché avec raison son destrier "Meetoo" et continue, après " La cage dorée", de labourer le terrain du mauvais sort réservé à beaucoup de femmes, ce court roman est loin d'être un chef d'oeuvre ( même du polar) et apparaît surtout comme un produit un peu bâclé pour satisfaire la branche marketing des éditeurs. 
Si la première partie nous présentant les trois héroïnes aux vies plus ou moins maltraitées fonctionne bien, la suite manque sérieusement de crédibilité pour que l'on puisse adhérer un tant soit peu.  
Le lecteur a beau être de tout coeur avec ces trois femmes et vraiment désirer une vengeance ( même immorale, la lutte contre le machisme et le patriarcat induit cette violence), l'intrigue devient très vite improbable voire pas du tout crédible ( le meurtre de Malte en particulier... même les suivants, surtout avec les moyens actuels de la police). 
C'est vite lu et très décevant de la part d'une auteure que l'on a connu beaucoup plus inspirée. On peut donc zapper aisément ce petit produit d'été, joli en tête de gondole mais c'est tout. On attend vivement le prochain ( et pas façon novella!). 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...