lundi 30 janvier 2012

Au cochon d'Emile de Stéphane Henrich

" Au cochon d'Emile" de Stéphane Henrich édité chez Kaléidoscope 13,50€ A partir de 4 ans.


De nos jours, les enfants, et quelque soit l'âge, regardent tout un tas de séries bourrées de monstres galactiques hideux ou transformistes, exterminants à qui mieux mieux d'autres horribles personnages tout aussi terrifiants. Cela n'a pas, en apparence, l'air de les perturber. Quelquefois, vous leur racontez une petite histoire bien gentille où malheureusement apparaît un loup et ils font des cauchemars pendant une semaine... Etrange paradoxe... Peut être que le loup est plus effrayant à cause de ses siècles de service  auprès des peurs d'enfant. 
Cette petite introduction pour vous présenter un album qui risque de provoquer quelques réactions d'angoisse chez nos chers petits. " Au cochon d'Emile" fleure pourtant un temps que les moins de 10 ans ne peuvent absolument pas connaître. C'était l'époque où les coeurs de villages regorgeaient de boutiques diverses où chaque corps de métier était représenté. Ici, Stéphane Henrich nous présente Emile, heureux propriétaire d'une aguichante boucherie/charcuterie, renommée pour ses boudins et ses saucisses dans toute la région. Un jour, lors d'une livraison de morceaux de viande, un porcelet vivant jaillit dans les bras d'Emile. N'écoutant que son coeur de boucher, rêvant de grillades tendres, ils veut le tuer mais n'y arrive pas. L'animal est trop mignon. Emile n'abat jamais de bêtes, se contentant seulement de trancher des carcasses prêtes à la découpe. A partir de ce jour, il deviennent les meilleurs amis du monde jusqu'à ce que... le jeune cochon découvre dans la chambre froide une tête de porc suspendue à un crochet...
Dans cet album, au dessin tendre qui rappelle un peu celui de Quentin Blake, on flirte gentiment avec le gore et c'est plutôt une bonne chose. A l'heure des supermarchés, où la nourriture est présentée, emballée, conditionnée, les enfants ne savent pas toujours l'exacte provenance de ce qui fait, pour certains, le délice de leurs assiettes. Après la lecture de cette histoire, il ne manqueront pas de s'interroger sur l'origine  de leur tranche de jambon... et peut être deviendront-ils végétariens (ce qui risque de ne pas arranger les parents).
Quoiqu'il en soit, cet album est, pour les adultes, un vrai délice avec son mélange de tendresse et de cruauté et pour les enfants, en plus d'un vraie leçon de sciences originale, une jolie histoire un peu sombre qui finit avec délicatesse. Pour moi le coup de coeur de ce mois de janvier.





1 commentaire:

  1. J'ai aussi beaucoup aimé cet album, il est bien différent de ce qui se fait en ce moment et c'est tant mieux !

    RépondreSupprimer

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...