jeudi 7 juin 2012

Le grand soir de Benoît Delépine et Gustave Kervern


Oyez auditeurs de Radio France et lecteurs de magazines et de journaux bien-pensants, écoutez la parole divine de nos journalistes et critiques, foncez au cinéma, "Le grand soir est arrivé" ! C'est LE film de l'année !
Vous voulez de la conscience politique ? De l'anarchie ? Du cinéma décapant ? Allez admirer le duo d'acteurs qui a pulvérisé le protocole ouaté et feutré du dernier festival de Cannes, ils vont maintenant allumer leur dynamite dans les salles. On vous le dit, c'est le grand soir et LE chef d'oeuvre absolu qu'il ne faut rater sous aucun prétexte !
Bon, on se calme un peu. Ca, c'était le message subliminal qu'essayaient de nous faire passer quelques télés,  les chaînes Radio France, partenaires du film (en même temps, elles ramaient pour nous fourguer le dernier auto-portrait plein de suffisance de BHL).
A trop promettre, les médias vont finir par perdre toute leur crédibilité (si ce n'est déjà fait) et torpiller bel et bien le film, parce que, finalement, après projection, j'attends toujours le grand soir...
L'idée sur le papier devait être enthousiasmante. Un duo de frères, interprété par Benoît Poelvoorde en punk à chien et Albert Dupontel en employé borderline, c'est tentant. Vous leur collez Areski et Brigitte Fontaine comme parents et on se gondole déjà. Mais si en plus, on les fait errer dans une zone commerciale minable en leur faisant proférer des sentences sur la consommation, la malbouffe, la vie de merde, on sent le film qui va déranger le bourgeois lecteur du Fig Mag (qui n'ira pas voir le film) et on applaudit par avance des deux mains.
Hélas, au sortit de la salle, la déception est grande. Si le duo d'acteurs principaux est crédible et même attachant, si les idées sont généreuses, si les concepts développés plus graves que franchement drôles sont effectivement présents pour sensibiliser le public au mal être de notre société, le film est assez raté, la faute à une mise en scène inexistante.
Nous assistons à une succession de scénettes. Chacune repose sur une idée sympa mais, filmée platement, souvent en plan fixe et un peu trop longuement. Le spectateur s'enfonce bien vite dans un ennui profond. Ce n'est pas l'apparition de quelques stars qui électrise tout ça. Depardieu en diseur de bonne aventure à bonnet péruvien est grotesque, Brigitte Fontaine fait du Brigitte Fontaine mais sous Lexomil, Areski ne dit rien mais épluche des pommes de terre et Yolande Moreau passe si vite qu'on n'a pas le temps de la reconnaître. L'histoire avance par à-coups, sans prendre le temps de nourrir en profondeur ses personnages. Et puis arrive la fin du film, un peu poétique mais pleine de désillusion. On nous avait promis le grand soir tout le film, on finissait par y croire, du moins l'espérer. Et puis non ! Le sentiment d'impuissance face au libéralisme l'emporte, nos illusions et celles des personnages restent en rade sur le parking de carrefour.
 Delépine et Kervern  n'accouchent que d'un film poussif, mal fichu et finalement désespérant : le monde est moche et le restera pour la plupart. Ce n'est pas "Le grand soir" qui va nous donner la moindre lueur d'espoir ni même un moment de bon cinéma.



2 commentaires:

  1. Ce film ne m'attire pas spécialement, je ne suis pas sûr d'aller le voir, même si j'aimerais beaucoup voir Brigitte Fontaine actrice !

    RépondreSupprimer
  2. Je suis allé le voir ce matin et j'ai pas trop compris pourquoi les gens derrière moi riaient à gorge déployée. Probablement des gens à l'humour facile qui ne connaissent rien d'autre que les spectacles d'Anne Roumanoff.

    RépondreSupprimer

Seize printemps de Suzanne Lindon

 Prenons deux adolescentes de 15 ans ( presque ) au hasard : Suzanne Lindon ( Paris) et Suzanne Londin ( Saubusse ...dans les Landes). Toute...