dimanche 31 mars 2013

Cyclo de Zazie


En bon consommateur, formaté par l'époque, quand je vais sur un site de téléchargement (légal) et que je teste un nouvel album, j'écoute à la suite la dizaine d'extraits  proposés . Si mon oreille accroche, il y a des chances que l'achat impulsif se fasse. Si par malheur, le plaisir d'écoute n'est pas immédiat, je zappe....
Si j'avais laissé faire mon oreille, je n'aurai jamais téléchargé "Cyclo" la nouvelle production de Zazie et j'aurai commis une belle erreur ! Mais, un je ne sais quoi, a fait que mon doigt à cliquer sur achat...
A la première écoute, pour peu que l'on soit distrait, rien de bien emballant....du Zazie profond, puissance 10....  Mais "Cyclo, c'est comme une rencontre amoureuse. D'abord, un détail nous attire un peu... puis on se rapproche doucement, on prend le temps d'écouter, attentivement, et petit à petit on découvre de la profondeur, du sens, nos oreilles sont caressées, séduites, conquises et jamais abandonnées parce que ces onze titres sont tellement travaillés qu'ils ne révèlent pas leurs trésors facilement. En un mot, ils ne couchent pas le premier soir mais se font désirer pour mieux nous ensorceler par la suite.
Les temps sont moroses. Zazie aussi, en bonne observatrice du monde qu'elle a toujours été. La pochette grise, signée Sarah Moon, où elle apparaît plus mûre, plus sérieuse est au diapason de ses compositions. Finis les jeux de mots sautillants et frondeurs, à elle la vraie profondeur de l'expérience. La vieillesse, le temps qui passe, la vitesse, les doutes des humains dépassés par ces temps incertains sont parmi les thèmes qui hantent les textes magnifiquement écrits et interprétés par Zazie qui ose, sans fard, aborder ici le virage de la maturité.  Tout en nous proposant des morceaux plus pêchus, la plupart des chansons sont épurées au possible, pour mieux mettre en évidence sa voix, dans laquelle perce la fragilité du temps qui passe et les incertitudes d'une femme à la recherche de sa vérité.
"Temps plus vieux", "Mademoiselle" ou "Je ne sais pas" entrent parfaitement dans cette catégorie, abandonnant un moment synthés et percus pour un presque piano/voix admirable.
Pour ceux qui aiment la Zazie plus nerveuse, "Tout" est le titre qui mérite d'être mis en avant (plus que "Les contraires" qui semble être le morceau choisi pour attirer le chaland). Très bien écrit, rythmé, profilé pour les radios, ce titre pourrait courir au tube. Son refrain entre dans la tête pour ne plus vous quitter. Ainsi, je me trémousse en chantant :
" Je veux tout et tout de suite,
Pas l'alcool, mais la cuite,
Pas l'amour , le coït..."
Jouissance immédiate et régressive d'un morceau qui balance bien  et dont les paroles invitent quand même à s'interroger sur cette immédiateté qui tue les vrais sentiments.
Voilà, j'ai été diablement séduit par cet album qui se laisse découvrir petit à petit, à contre-courant de toutes ces productions faciles et jetables. Zazie nous offre ce printemps un disque ambitieux et totalement maîtrisé qui saura rester longtemps un compagnon fidèle et discret qui distillera au fil du temps son message d'amour et de sensibilité.


2 commentaires:

  1. J'ai écouté un extrait et je n'ai pas été convaincue mais là, en te lisant, je doute...

    RépondreSupprimer
  2. Le morceau mis en avant pour la promo n'est pas le meilleur ni le plus évident, mais l'album contient quelques perles à découvrir...

    RépondreSupprimer

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...