lundi 26 mai 2014

Le roman de Louise d'Henri Gougaud



Le titre dit bien ce que l'on va trouver durant les 240 pages du livre : un roman. Henri Gougaud ne travestit pas la réalité de la vie de cette infatigable militante, il l'enjolive de son impeccable écriture, rendant ce parcours de combattante incroyablement vivant.
De l'enfance de Louise Michel, élevée dans un château au fin fond de la Haute Marne par des bourgeois au grand coeur, alors qu'elle n'est que le fruit d'une liaison de sa mère servante avec un des fils de la maison, à sa vie en Nouvelle Calédonie, l'auteur suit pas à pas ce parcours hors norme. Femme volontaire, éprise d'indépendance et ayant cette soif d'absolu qui la fait passer pour une femme exaltée, celle qui a donné son nom à tant d'établissements scolaires nous est présentée comme une personnalité hors norme. Toute sa vie a été entièrement dévouée aux autres, aux plus pauvres surtout, aux opprimés. Symbole de la résistance et de la fidélité à ses idées de justice et de solidarité, elle est vraiment la figure incontournable des causes justes.
Henri Gougaud, tout en truffant son récit de petits détails historiques ou sociologiques, rend hommage à cette femme de la plus jolie des manières, en nous la rendant la plus vivante et la plus juste possible. Même si sa vie a été uniquement guidée par la révolte contre un monde injuste, laissant de côté une vie plus personnelle pour ne se consacrer qu'au bien être des démunis, l'auteur sait trouver les mots pour que le lecteur l'accompagne dans ses nombreux combats. On est emporté avec elle, on sent les balles et les sabres de la Commune nous effleurer, le vent souffler dans nos cheveux quand un vieux rafiot l'emporte en exil, les condamnations nous révolter.
Lire en 2014  le parcours hors norme de cette femme, est troublant car on aimerait qu'apparaisse aujourd'hui un être de cette trempe qui sache soulever les foules et les gens simples avec des idées sans aucun relent d'opportunisme, de racisme et de division. Mais il est bien loin le temps des cerises et inquiétant que nos sociétés, pourtant si peu égalitaires, ne puisse faire jaillir au moins un personnage sachant redonner de l'espoir et surtout l'envie de combattre ce mal rampant qui s'insinue un peu plus chaque jour dans nos vies.


1 commentaire:

  1. Henri Gougaud est un conteur hors pair. J'aimais l'écouter sur France Inter. Je note ce livre

    RépondreSupprimer

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...