jeudi 23 octobre 2014

Deux de Stanislas Wails



Sous cette jolie couverture qui n'aurait pas dépareillé dans le salon de ma grand tante, se cache un roman d'aujourd'hui. Comme l'indiquent ces deux oiseaux, cette fleur et le titre, nous sommes dans un roman sentimental. On sent avant la lecture, la fraîcheur et la légèreté et, pour une fois, on aura raison, la lecture ne sera pas prise de tête.
Clorinde, malgré ce prénom un rien chichiteux, est une jeune fille d'aujourd'hui, un peu frondeuse, indéniablement joueuse. Le hasard la pose dans un bar aux côtés deux trentenaires assez séduisants qu'elle décide de suivre dans la rue une fois leurs cafés avalés. Et lorsqu'elle s'assoit face à eux dans le métro, elle décide d'aborder celui qui restera le dernier dans la rame. Ca tombe sur Simon, scénariste, qu'elle va séduire en deux coups de cuillère à pot et avec qui elle va entamer une liaison où, malgré les désirs de chacun, une certaine indépendance dominera. S'ensuivra une rencontre avec Nathan, l'ami du début, avec une incursion dans le tournage d'un film.
C'est un roman qui, une fois refermé, laisse une impression light déroutante. Facile à lire, le démarrage sentimental à la source moderne possède le goût agréable d'avoir une héroïne pas nunuche  sans pour autant casser le genre. L'histoire d'amour devient assez vite un poil rasoir, le bonheur et la plénitude est difficile à faire partager surtout quand celle ci se joue dans des deux pièces parisiens entre une couette Ikéa et un bol de café. Le texte essaie cependant un humour tantôt poétique, tantôt faussement décalé pour donner du relief à tout cela sans y parvenir réellement. Heureusement, et c'est peut être le petite force du livre, la deuxième partie, qui chez beaucoup après un départ tonitruant patine souvent, m'a semblé réussie. En plongeant les personnages dans le milieu de la production et la réalisation d'un film et lui adjoignant quelques second rôles gratinés, une énergie presque vaudevillesque court au travers du texte. C'est soudain plus plaisant, plus drôle. On sent bien que l'histoire d'amour passe un peu à la trappe ... et c'est tant mieux. Mais du coup, on se demande le pourquoi du comment de ce livre. Histoire d'amour soi-disant moderne ou envie de montrer l'envers du décor du tournage d'un film ? Un peu des deux sans doute et c'est peut être pour cela que l'ensemble apparaît un peu bancal.
Au final un livre pas déplaisant du tout, à la plume fine et légère qui doit se lire facilement dans le métro mais qui n'apportera  au lecteur qu'un moment agréable de lecture. C'est mieux que rien me direz-vous ... Perso, j'attends un tout petit peu plus d'un roman, mais chacun ses goûts !

Lu dans le cadre " La voie des indés", opération à l'initiative du site LIBFLY que je remercie quand même pour cette lecture. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...