samedi 1 novembre 2014

Ce n'est pas très compliqué de Samuel Ribeyron



Expliquer à un enfant de quatre ans qu'il recèle en lui des trésors d'imagination, c'est compliqué, surtout en peu de temps. Lui faire découvrir que l'amitié est une sentiment formidable et profondément ancrée au fond de soi, c'est aussi très compliqué. Quand on est parent ou éducateur, on rame parfois à faire passer ces notions subtiles, cherchant les mots, les exemples...
La littérature jeunesse propose souvent des solutions en essayant d'être un passeur, un activateur de neurones, avec des albums plus ou moins réussis, quelquefois un peu lourdauds ou trop obscurs, d'autres fois abusant inutilement de jolis lapins ou d'une symbolique manquant de finesse... ou alors tapant en plein dans le mille, de façon tout à fait simple et parlante. C'est le cas avec ce magnifique (oui, le terme est tout simplement exact ) album de Samuel Ribeyron.
Un petit garçon et une petite fille sont amis. Ils jouent dans une rue triste et l'égayent de leurs rires mais aussi de leurs dessins à la craie. Un jour, la petite fille demande au petit garçon ce qu'il a dans sa tête. Il ne sait quoi répondre à cette remarque un peu étrange pour lui. Une fois dans sa maison, pour répondre à cette question qui le turlupine un peu, il va aller y voir de plus près ( je ne dis pas comment) et il découvrira qu'il possède un trésor formidable. Il attendra la prochaine rencontre pour lui en parler. Mais il ne la reverra pas, un déménagement soudain ayant emporté son amie loin de la petite rue. Le petit garçon s'étonne de ne pas pleurer et se demande s'il a un coeur...
C'est album est un délice, une caresse d'intelligence et de beauté. D'une simplicité tellement évidente, il propose au jeune enfant de réfléchir sur lui même de la plus belle des façons, celle de l'intelligence du coeur. Sans jamais rien imposer, il s'adresse à lui avec respect et finesse et réussit à lui faire ressentir et à exprimer des sentiments que son âge ne lui permet pas souvent. Et pour couronner le tout, les illustrations sont de toute beauté, admirablement bien mises en valeur par un  grand format qui nous immerge dans le monde tout en tendresse de l'auteur.
Une véritable réussite à faire profiter aux enfants à partir de 4 ans.





1 commentaire:

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...