lundi 10 novembre 2014

Mon imagier après la tempête d'Eric Veillé


Ce qui est formidable en littérature jeunesse, c'est que la création et l'inventivité ne s'arrêtent jamais. Prenez, un genre des plus basiques, l'imagier. Quoi de plus banal que ces petits albums qui apprennent aux enfants le nom des choses qui l'entourent ? On croyait avoir vraiment fait le tour de la question. Chaque grand auteur s'y étant frotté avec plus ou moins de bonheur. Chaque éditeur ayant proposé des imagiers de toutes sortes, toutes formes. Les plus créatifs ayant également joué et détourné le genre à l'infini, du plus rigolo au plus pointu voire au plus abstrait. Mais on n'en avait pas encore eu un aussi drôle, aussi créatif que celui que nous propose Eric Veillé cet automne.
La formule est simple. Sur une double page, vous avez sur la page de gauche un imagier normal autour d'un thème, sur la page de droite vous avez les mêmes images mais après quelque chose. Et là, tout change forcément.Vous ne comprenez pas bien ? Regardez cette double page hilarante sur le thème de la piscine :

Ce sont les mêmes mais ils ont pris un autre nom et une bonne grosse dose d'humour au passage. 
Je ne voudrai pas faire mon pédagogue, mais cet imagier est une mine, un concentré de notions à apprendre sans peine, avec humour et surtout avec un grand plaisir. Hormis le vocabulaire, votre enfant apprendra  mieux  que 50 exercices formatés de fichiers pédagogiques vendues à prix d'or dans le rayon parascolaire (rayon qui sert plus à arrondir le chiffre d'affaire des librairies qu'à rendre votre enfant intelligent), à appréhender la notion d'après, ainsi que de pouvoir exercer son imaginaire tout en comprenant la notion d'ellipse ... Quoi de plus drôle que d'imaginer ce qu'il a bien pu se passer entre les deux pages ? Surtout qu'Eric Veillé, loin d'être sage, nous propose des situations délirantes ou décalées et déjà drôlissimes dès le départ. 
Aussi rigolo pour les enfants que pour les parents, cet "imagier après la tempête " est du genre à ne jamais être abandonné. Il est certain qu'il ne se retrouvera jamais dans le carton d'objets divers dont vous ferez don à l'école de votre quartier lorsque votre petit dernier sera déjà au bord d'acheter (en cachette)  sa première bouteille de vodka pour son goûter d'anniversaire. En effet, je l'ai testé, quelque soit l'âge du lecteur (oui même un ado ingrat !!!), tout le monde prend plaisir à feuilleter ce livre cartonné. Son joli dessin à la ligne claire passera sans nul doute le temps et son humour plein de deuxième degré est un régal ! 
Cette petite merveille drôle et créative est à conseiller à partir de 3 ans et est éditée par cette excellente maison qu'est Actes Sud au prix de 12.50 euros!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mortelle dédicace de Elly Griffiths

 " Mortelle dédicace" s'adresse en premier lieu à tous les amateurs de polars anglais à l'ancienne, façon Agatha Christie ...