jeudi 5 mars 2015

Tokyo fiancée de Stefan Liberski


Une jeune belge revient au Japon pour y vivre après y avoir vécu jusqu'à l'âge de cinq ans. Elle tombera amoureuse d'une jeune fils de famille à qui elle dispense quelques des cours de français. Le film la suit dans sa redécouverte du pays du soleil levant et évidemment dans cette idylle sur laquelle le scénario repose.
Comme mon résumé, "Tokyo fiancée " est léger, très léger. Trop léger ? Sans doute car cette adaptation un peu trop fidèle d'un roman d'Amélie Nothomb ne brille ni par sa profondeur ni par son originalité. L'histoire d'amour est gentillette, sans grande passion. L'histoire somnole un peu (les sushis étaient bourratifs). L'arrière-plan quand il ne ressemble pas à un reportage touristique sur le Japon entre modernité et tradition, ne nous montre que des personnages esquissés à gros traits (la copine jalouse et énervante, les parents peut être de la mafia, ...). L'intrigue avance mollement avec quelques clichés comme l'ascension de la montagne pour faire le point sur sa vie et trouver ce que l'on désire être réellement. La mise en scène très sage et un soupçon redondante, en rajoute dans le banal en utilisant une voix off qu'elle illustre par des tableaux japonais mettant en scène l'héroïne.
Et malgré tout cela, la vision du film n'est pas totalement désagréable. La douceur et la gentillesse que diffusent le film sont dues en grande partie à Pauline Etienne qui incarne Mme Nothomb jeune à l'écran. Elle est absolument délicieuse et craquante.  Un peu Binoche, un peu Jean Seberg, elle apporte au film toute sa fraîcheur. Hélas, elle n'a pas grand chose à défendre, se contentant de quelques mines mutines et de déplacements sautillants. Cela ne fait pas un film, mais j'avoue que grâce à elle, j'ai pris un tout petit plaisir à me balader dans ce Tokyo de carte postale et de roman rose.
Je pense que "Tokyo fiancée" pourra plaire à quelques adolescentes pas trop exigeantes sur l'action et amoureuses de manga et du Japon. Les fans de Pauline Etienne pourront l'admirer sous toutes ses coutures , mais sont-ils pour le moment si nombreux ? Sinon, je ne suis pas bien sûr que cette production mignonne mais franchement évitable, passionne grand monde.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...