dimanche 24 juin 2018

Bécassine ! de Bruno Podalydès


Aussi incongrue que puisse apparaître cette nouvelle adaptation de Bécassine au cinéma, vieille BD que la légende et qu'une chanteuse/enfant des années 80  a rendu hautement désuette voire cruche patentée, force est de reconnaître que le film de Bruno Podalydès possède un charme certain, celui de la candeur enfantine.
Evidemment, pour des producteurs, miser quelques millions d'euros sur une héroïne bretonne d'un temps très ancien dont les derniers lecteurs sont heureusement encore vivants mais hélas peut être dans une EPAD sinistre, relève du défi. On peut se demander à qui s'adresse cette production. Je vois mal un jeune public gavé de produits 3D autrement plus funs, se ruer dans le sillage d'une jeune rosière en costume folklorique... Lors de la séance où j'ai visionné la chose, nous étions 6 spectateurs dans la salle...heureusement 8 cannes ou béquilles complétaient l'assistance.... Mais faisons fi ( comme dirait la marquise de Grand-Air délicieusement incarnée par Karin Viard) des calculs financiers qui relèvent parfois de lubies qui nous échappent et laissons nous porter par ce film franchement agréable à regarder.
Bruno Podalydès parvient avec bonne humeur à inscrire parfaitement sa naïve héroïne dans sa filmographie. On retrouve ainsi, en plus de sa bande d'acteurs habituels ( son frère Denis Podalydès, Isabelle Candelier, Jean-Noël Brouté, Michel Vuillermoz, ...), sa joie absolue à filmer de mirobolantes inventions le rendant ainsi LE metteur en scène des bricolages de génie et surtout cette jouissance ludique de jongler avec la simplicité, ce plaisir de créer de simples moments merveilleux relevant de l'enfance jamais enfuie. Il tire sa Bécassine ( formidable Emeline Bayart ) dans son univers aussi inventif que foutraque, toujours emmailloté dans cette tendresse qui imprègne tous ses films. Cette fille aux allures simples, qui s'émerveille de tout, qui ne voit le mal nulle part, triomphera au final  grâce à sa prétendue crédulité, gommant ainsi son image trop surannée de bécasse patentée.
Et du coup, dans un monde assez malveillant, où l'enfance est confisquée de plus en plus tôt aux enfants par des parents attirés par les facilités d'un modernisme qui broie les esprits, "Bécassine!" le film, fait figure d'oasis de fraîcheur pimpante, amusante, ingénieuse, loin des premiers cordées. Assurément un joli film mais uniquement pour les adultes qui ont gardé une âme d'enfant. ( et n'écoutez pas ce collectif breton qui appelle au boycott, il n'a pas dû bien voir le film...)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...