jeudi 23 mai 2019

A même la peau de Lisa Gardner


Si aux USA Mme Gardner semble être numéro 1 du suspens, pas certain qu'en France elle décroche ce titre tellement la concurrence est rude. Et s'il y a bien dans ce nouveau roman de cette soi-disant reine du polar une chose qui manque vraiment à l'appel, c'est bien le suspens.
Le roman commence fort pourtant. L'héroïne principale, l'inspectrice D D Warren, revient sur le lieu d'un crime particulièrement abominable ( la victime a été pelée sur une grande partie de son corps ), se fait agresser par l'assassin lui aussi revenu pour une raison inconnue lui fracturant l'épaule par arrachement. On entend le "crac", on ressent presque la terrible douleur. Et de douleur, il en sera beaucoup question dans ce roman,... Entre celle que la policière devra apprivoiser et celle que ne ressent pas du tout, Adeline la thérapeute que consulte l'héroïne, nous ferons le tour de la question au fil de pages bien documentées. Il sera question aussi d'une autre douleur, plus psychologique, celle d'un passé horrible que vivent Adeline et sa soeur emprisonnée pour le crime d'un gamin de 12 ans. Plane au-dessus de ces deux femmes un père lui aussi meurtrier sadique qui, quarante ans auparavant, c'était, oh la coïncidence, adonné au pelage de victimes. Le passé rejoint le présent. Le mystère s'épaissit, les pages devraient se tourner à toute vitesse. Sauf que non. Lisa Gardner, traîne en route, s'intéresse plus à la douleur qu'à son intrigue qu'elle fait avancer à coup de rebondissements pas toujours crédibles. On suit cette histoire car les personnages des trois femmes sont bien construits psychologiquement, mais sans que le suspens ne nous tienne en haleine. D'un début hard et un brin original, on finit dans une intrigue assez classique et qui aurait gagné à être condensée.
Pas désagréable à lire, " A même la peau"  manque de rythme mais laissera quand même une certaine empreinte dans l'esprit du lecteur, tant le propos sous-jacent autour de la douleur, très bien rendu, restera le point marquant d'un polar plutôt laborieux. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...