mardi 15 mai 2012

Alex de Pierre Lemaitre


C'est avec empressement que je me suis jeté dans la lecture du dernier polar de Pierre Lemaître. J'avais déjà lu et énormément aimé "Robe de marié" et "Cadres noirs", de véritables "tourne-pages" au rythme hallucinant qui m'avaient impressionné par leur écriture simple mais efficace et leurs intrigues parfaites.
Contrairement a beaucoup de monde, si j'en crois les nombreux avis lus sur la toile, ce roman m'a moins passionné. Je vais essayer de vous donner mes réticences sans pour autant déflorer cette histoire, quand même passionnante mais pas vraiment aboutie à mon goût. 
Au début du livre nous faisons la connaissance d'Alex, jeune femme très jolie mais seule qui se fait kidnapper et enfermer, nue, dans une toute petite cage en bois suspendue dans un entrepôt humide à deux mètres du sol. Son ravisseur lui dit simplement qu'il va la regarder crever. Nourrie de croquettes pour animaux et d'un peu d'eau, les muscles tétanisés, elle va vivre un enfer surtout quand, pour lui tenir compagnie, son ravisseur lui offre la présence de quelques gros rats. 
Dans une ambiance beaucoup plus glauque que dans ses précédents romans, Pierre Lemaître embarque tout de suite son lecteur. Cette première partie est haletante, rappelant un peu l'atmosphère de "Mygale" de Thierry Jonquet. Mais arrive un premier rebondissement qui va faire passer petit à petit Alex de victime à méchante. Ce retournement de situation est une très bonne idée, seulement j'ai trouvé cette deuxième partie un tantinet un peu longuette, assez violente et répétitive, le tout ralenti par les états d'âmes professionnels (ça d'accord, c'est bien vu) mais aussi personnels (là, c'est assez cliché et ça n'apporte rien à l'intrigue ou si peu). 
Puis la troisième et dernière partie va éclairer d'une manière encore différente ce personnage d'Alex. Jouant avec le lecteur et son identification avec le ou les héros, l'auteur nous accroche avec talent surtout avec ces longues scènes d'interrogatoires absolument captivantes et superbement dialoguées.
Un beau final me direz-vous. Alors pourquoi ces réserves ?
Tout simplement, aussi extraordinaire et originale que soit l'intrigue, la résolution m'a laissé sur ma faim, laissant des zones d'ombres trop importantes. Je suis peut être trop cartésien, mais il y a des éléments essentiels de l'histoire qui ne sont pas expliqués, qui restent dans le flou. Ca m'a gâché un peu le plaisir.
Autre petite critique, totalement personnelle, mais j'avais préféré les précédents livres de Pierre Lemaitre car plus psychologiques, moins violents. Ici, on lorgne un peu vers le serial-killer sadique à l'américaine. Peut être que ce glissement vers plus de violence est dû à un changement d'éditeur (passage de Calmann-Lévy à Albin-Michel) afin de trouver encore plus de lecteurs ? 
J'ai l'air de bouder mon plaisir, car, ce polar se lit quand même très bien et prouve que Pierre Lemaitre est un auteur à suivre et qu'il n'a rien à envier à ses collègues américains. Mais je rêve qu'il continue dans sa veine première, celles des intrigues originales, en prise avec la société et au caractère psychologique proche de Patricia Highsmith...

3 commentaires:

  1. D'abord, bravo pour ce blog... je suis une bibliothécaire assidue et je suis généralement d'accord avec vos propos.
    Et là encore...
    Je tiens moi aussi un blog de mes lectures, j'aime, moi aussi les romans de Pierre Lemaitre (excellent Robe de marié !) et pour Alex, j'ai eu les mêmes regrets. Le truc, c'est que lorsque je discute avec les lecteurs qui ont lu ce roman, je n'ai que des louanges, au point où je me demandais si je n'étais pas passée à côté... Ouf ! vous venez de mettre des mots sur ce drôle de ressenti littéraire.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre commentaire et soulagement pour moi aussi, je me sens moins seul.
    Pouvez-vous me donner l'adresse de votre blog ? j'ai vraiment envie de lire vos avis.
    Bonnes lectures !

    RépondreSupprimer
  3. http://www.rochechouart.com/mediatheque/
    Mais même si je lis beaucoup, je n'ai pas le même rythme que vous et en plus, comme c'est un blog hébergé par la collectivité pour laquelle je travaille, je reste très "lisse" dans mes propos. Mais bon, je m'exprime, j'adore discuter bouquins et le clavier ne me fait pas peur !
    Bonne découverte

    RépondreSupprimer

La troisième guerre de Giovanni Aloi

 Faire un film sur ces hommes que nous voyons déambuler dans nos villes engoncés dans une tenue qui rappelle quelque cuirasse d'antiques...