mardi 1 mai 2012

Les passagers de Berry


Voilà quelques temps que j'attendais la sortie du deuxième album de Berry dont j'avais apprécié "Mademoiselle" son premier opus. Il est enfin là, emballé dans une jolie pochette style sixties.
Après plusieurs écoutes, je peux déjà dire que l'on est en terrain connu. Pas de grandes surprises, la très jolie Berry ne cherche pas à surprendre. Toujours des mélodies délicates qu'accompagne sa voix douce et chaude, la désignant presque comme la Françoise Hardy du 21 ème siècle. Comme j'aime ces chanteuses intimistes, mon oreille se laisse bercer par ces mélodies ciselées et finement arrangées, même si du côté paroles ces "passagers" me semblent plus convenues que celles du précédent. Elle parle d'amours se terminant mal. C'est légèrement dépressif mais toujours avec délicatesse et poésie.
Les seules nouveautés sont peut être les hommages appuyés à Serge Gainsbourg et à Iggy Pop. "Les passagers" est une copie conforme de "The passenger" sans qu'Iggy Pop soit crédité au générique, mais par contre signée Daniel Darc et Manou.
Serge Gainsbourg plane sur beaucoup de titres de cet album et notamment sur "Brune" que l'on peut prendre pour un (joli) hommage à "Bonnie and Clyde".
Cet album ne surprendra pas les fans qui retrouveront ce joli climat mélancolique. Les autres pourront être conquis par la douce voix de la chanteuse qui, comme une dentellière, déroule doucement son fil pour créer un ouvrage à la finesse élégante et envoûtante.
J'ai retrouvé Berry avec plaisir et malgré une première écoute qui m'a un peu déçu, chaque nouveau voyage à bord de"passagers" est un peu plus plaisant que le précédent. La magie opère à nouveau, je m'embarque avec elle, je pars léger dans son cabriolet, je me laisse bercer par sa voix de diva gracieuse et subtile et  pour longtemps je pense.


"Si c'est le vie " vidéo studio. C'est la chanson la plus rythmée de l'album...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gabrielle Chanel , manifeste de la mode

 Une foule essentiellement féminine, gentiment rangée sur le trottoir devant le palais Galliera, patiente pour pénétrer dans l'expositio...